:: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sulkan Zaslavski, jouet du Destin [Terminé]

wanted
avatar
Sulkan Zaslavski
wanted
01.03.15 20:39
Sulkan Zaslavski
crédit avatar • ft. Hazama from: BlazBlue


   

profil

nom : Zaslavski
   prénom(s) : Sulkan
   âge ; date de naissance : 22 ans, le 13 décembre 2190
   sexe : Masculin
nationalité ; origines : Russe
   statut civil : Célibataire
   métier : Hackeur
   groupe : Evolves


   

background

CARACTÈRE
Le tourisme n’était pas la raison de sa venue dans la petite ville de Madison. Le garçon a bien l’intention d’enchaîner les contrats avec beaucoup d’argent à la clé, même si cela signifie devoir cohabiter avec des individus susceptibles de développer un pouvoir, les faisant ainsi passer d’êtres humains à monstres aux yeux d’une large portion de la population. Seul le sens des affaires l’anime. Sulkan n’a pas vraiment d’états d’âme à vendre d’honnêtes citoyens ou même à faire tomber une entreprise si on le paye bien pour ça. Tant que vous y mettez le prix, vous pouvez tout –ou presque- obtenir de lui. Egoïste, il n’a de préoccupation que pour lui-même. Si jamais les choses tournent mal, il ne pensera qu’à sauver son cul au détriment du vôtre, peu importe combien vous avez investi dans ses services, vous êtes prévenus. Une chance pour vous, il reste un hackeur talentueux. Même s’il se montre indifférent à bien des choses, y compris les injustices de ce monde, Sulkan est d’un naturel insolent et entreprenant. Entendez par là qu’il aime le goût du risque et ne lésinera pas sur les moyens pour obtenir ce qu’il veut. Sûr de ses capacités dans le domaine du piratage, il aime provoquer ses interlocuteurs sur ce terrain, conscient qu’avec la montée en puissance de la technologie, un hackeur est la pire menace possible pour l’informatique. En ce qui concerne ses goûts, il porte bien entendu un intérêt certain pour l’informatique, sinon il n’en aurait pas fait son métier. Mais comme tous les jeunes de son âge, il aime également sortir, se bourrer la gueule et ramener une conquête féminine dans son lit. N’étant pas d’un naturel très romantique, autant vous dire tout de suite que cette idylle sera aussi brève que bien menée. Ce n’est pas un Don Juan, loin de là, disons seulement qu’il n’y a pas la place pour une femme dans sa vie. Son ordinateur occupe déjà cette place. Encore une chose : il a horreur des pièces closes et qui sentent trop les produits d’entretien, cela lui rappelle sa cellule passée. Il n’affectionne pas particulièrement les hôpitaux mais si l’occasion s’impose, il s’y rendra, non sans traîner les pieds. Qui a dit qu’il avait mûri ?

   
point de vue vis-à-vis des evolves : Ce sont des outils comme les autres pour les affaires. Il ne les déteste pas, pas plus qu’ils ne l’effraient, disons que leur sort l’indiffère.
   point de vue vis-à-vis des erasers : Des concurrents lorsqu’ils s’amusent à lui piquer ses cibles. Mais il reconnaît qu’ils font du bon boulot pour contrôler les Evolves dangereux.
   point de vue vis-à-vis des scientifiques : Des collaborateurs avec qui il apprécie de travailler quand ils se montrent généreux à la fin.



   PHYSIQUE
Si l’on exclue sa couleur de cheveux des plus inhabituelles, Sulkan n’est pas le genre de personne sur laquelle les regards des passants s’arrêteraient. En effet, on peut dire qu’il a parfaitement été « occidentalisé » comme diraient certains et ses tenues se résument la plupart du temps à des jeans plus ou moins usés, surmontés de sweats dans lesquels il donne l’impression de nager, le tout accompagné de rangers brun foncé. Malgré le fait qu’il ait franchi le cap de la vingtaine, à première vue, il a tout l’air d’un adolescent négligent sur l’apparence qu’il renvoie à ses interlocuteurs. Vous ne le verrez jamais porter de costumes trois pièces ou même une simple chemise avec cravate. Ce serait ressembler à son paternel et il n’en a pas la moindre envie ! Ajouté à cela, le garçon n’est pas grand, atteignant tout juste le 1m60 pour environ 56 kg. Un poids plume parmi ces messieurs donc ! A force de passer beaucoup –pour ne pas dire exclusivement- du temps devant son écran, dans un studio plongé dans la pénombre en raison de sa flemme monstre à activer l’hologramme chargé de s’occuper de l’apparence de l’endroit, Sulkan n’a pas la peau très foncée. Plutôt pâle à vrai dire. Ce qui fait davantage ressortir la couleur de ses cheveux mais également celle de ses yeux, couleur chocolat. Lorsqu’il se plonge dans un piratage pour le compte d’une société désireuse de faire tomber son principal concurrent, il lui arrive d’en oublier de refaire sa coloration et les racines noir ébène refont surface, ce qui achève généralement de lui donner un look des plus étranges. S’il donne souvent l’impression de nager dans ses vêtements, notamment ses sweats, c’est parce que l’intéressé n’est pas bien corpulent. N’étant pas adepte du sport, il n’est pas musclé –pas plus qu’il n’est fort de surcroît- et c’est un miracle que son régime alimentaire ne le fasse pas devenir obèse. Son studio témoigne lui-même de son alimentation pas vraiment équilibrée, tant les boîtes de pizza et les canettes de bière s’entassent ci et là.


   HISTOIRE
A l’aube du 23ème siècle, marqué par l’ascension fulgurante de la technologie au rang du domaine le plus prometteur, le monde entier avait les yeux rivés sur les Etats Unis. Non satisfaits d’avoir retrouvé leur statut de première puissance mondiale, ces derniers possédaient également une source d’intérêt grandissante pour les autres pays. Le petit Etat du Maine voyait la ville de Madison frappée par une étrange fatalité selon les plus pessimistes. L’apparition de pouvoirs particuliers au sein de sa population, faisant des malheureux désignés par le Destin des parias aux yeux de la population encore épargnée alors même que des études se succédaient à leur sujet. Qui étaient-ils vraiment ? Pourquoi eux ? Représentaient-ils une menace pour les humains normaux ? Tant de questions auxquelles le Gouvernement tente de répondre, la plupart du temps en plongeant la population dans un semblant de vérité très facile à accepter : les Evolves sont dangereux et doivent être contrôlés pour la sécurité de tous. Ainsi le secret de l’apparition de ces créatures demeure la propriété même de la ville de Madison. Cependant, cette situation ne fit qu’attiser les tensions internationales. En effet, des cas similaires se firent de plus en plus recensés par delà les frontières des Etats Unis. L'interrogation grandit. Nombre de pays désiraient s’approprier les recherches effectuées au sein de Madison, en vue de faire leurs propres expériences sur ces créatures, dans le but de percer leurs secrets. Aux yeux de certains, ils représentaient l’évolution de la race humaine. Les réseaux d’espionnage pour les démasquer se multiplièrent. L’utilisation de la technologie, en particulier l’information était au cœur de ces pratiques.

Cela aurait pu aller dans le sens de notre protagoniste principal si ce dernier avait eu des parents plus tolérants et peut-être moins couillards. Passée une enfance sans grand rebondissement émotionnel et terne à bien des points de vue, Sulkan s’intéressa très jeune à l’informatique. Suivre les sorties des dernières nouveautés en terme de gadgets électroniques était l’un de ses plus grands passe-temps, au grand damne de ses parents qui voyaient la technologie comme une science à vous détruire le cerveau avant l’heure. Plus terre-à-terre que leurs fils, les époux Zaslavski l’encourageaient davantage à poursuivre ses études pour obtenir un métier honnête, « pas comme tous ces espions sans vergogne ». En effet, leur désintérêt profond pour tout ce qui sortait de leur petit monde s’ajoutait à une paranoïa visant l’espionnage sous toutes ces formes. Oui la technologie leur apportait un confort sans pareil mais à quel prix ? C’était la question qu’ils posaient à qui de leurs amis et connaissances voulaient bien les écouter les mettre en garde à ce sujet. Ils tremblaient rien qu’à l’idée d’être épiés en permanence, leurs comportements analysés afin d’être orientés de telle sorte à encourager la consommation domestique.

Ce n’était pas le cas de leur fils, plus visionnaire, qui voyait en l’informatique, un métier d’avenir. Il suivait les actualités avec intérêt et savait qu’il obtiendrait plus que la reconnaissance de ses géniteurs en tentant sa chance dans ce domaine. Délaissant les cours excepté ceux qui se rapportaient plus ou moins à son centre d’intérêt, le garçon passait tout son temps libre devant le vieil ordinateur qu’un de ses amis lui avait offert. Connaissant la réticence de ses parents, il avait argumenté l’acceptation de ce cadeau comme un moyen de faire des recherches pour réussir ses études. Et si en journée, il s’y adonnait distraitement sous l’œil superviseur de sa mère, la nuit en revanche, il suivait des cours en ligne pour s’essayer au piratage informatique. Activité pour laquelle il se révéla très bon. Il ne lui en fallut pas plus pour décider de ce que serait sa voie future. Malheureusement pour lui, son projet fut découvert par ses géniteurs. Outre le fait qu’il leur mentait depuis le début, les époux Zaslavski virent d’un très mauvais œil l’intérêt de leur fils pour l’informatique. Usant de leur influence et des nombreuses heures de Sulkan passées devant son écran –lesquelles nuisaient à la qualité de son sommeil, ce qui se répercutait sur son assiduité à l’école-, ils parvinrent à faire passer cet intérêt pour une addiction. Terme plus péjoratif. Et ils n’étaient pas tellement éloignés de la vérité cela dit en passant.

A l’âge de ses 16 ans donc, l’adolescent se fit emmené de force par deux colosses en blouse blanche pour être conduit dans un centre d’aide aux dépendances diverses. Aux yeux du principal intéressé, l’endroit ressemblait plus à un hôpital psychiatrique et il ne doutait pas un seul instant que ses parents l’aient choisi exprès dans ce but. Son quotidien fut bientôt rythmé par les hurlements de ses voisins de cellules en manque de leur dose journalière, la sonnerie qui marquait l’heure du repas fixée deux fois au cours de la journée, ainsi que les petites pilules qu’on lui ordonnait de prendre. Inutile de vous préciser que les premières fois, plusieurs membres du personnel étaient nécessaires pour lui faire avaler ses traitements. Toute résistance était vaine et ne faisait que renforcer la méfiance de ses geôliers. Aussi Sulkan se montra plus conciliant par la suite. S’il ne voulait pas devenir un légume et espérer sortir d’ici un jour, il devait se la jouer plus fine que ses bourreaux. Peu désireux de prendre son traitement quotidien, sensé le guérir de toute addiction aux écrans, il se débarrassait des pilules dans le dos du personnel, tout en se comportant comme s’il les avait sagement prises. A voir l’attitude de ses voisins de cellules, ce n’était pas tellement difficile à imiter. En secret, il nourrissait l’envie de fuir. Fuir cet établissement. Fuir cette famille. Fuir ce pays. La Russie n’était pas la mieux placée pour assouvir son besoin de technologie. Son regard s’était depuis longtemps tourné vers sa grande rivale, l’Amérique. Plus particulièrement, les Etats-Unis.

A force de se tenir tranquille, l’adolescent donna l’illusion que le traitement qu’on lui imposait fonctionnait. Le personnel de l’hôpital s’entretint avec les époux Zaslavski en exprimant son espoir de voir leur fils sur la bonne voie de la guérison. Comme s’il était vraiment malade… Ces derniers furent soulagés d’apprendre la nouvelle et acceptèrent de l’accueillir de nouveau chez eux. La période d’essai se déroula correctement, Sulkan se retenant à grand mal de ne pas hurler sa haine à l’encontre de ses géniteurs. Ces traîtres qui lui avaient imposé cette situation sans jamais prendre en compte son avis ! Soumis à une étroite surveillance, l’adolescent atteignit tant bien que de mal ses 18 ans. L’âge de la majorité. L’âge qui lui permettrait de fuir tout ce qui ne l’acceptait pas. Oui sauf que pour se faire la malle, il lui fallait de l’argent. Beaucoup d’argent. Et ce n’était pas son pauvre compte bancaire, plein de l’argent de poche de ses généreux parents qui allait l’aider dans ce sens. Non, il lui fallait tenter autre chose. Quelque chose de risqué certes mais qui était nécessaire à son besoin d’évasion. Sulkan prépara méticuleusement son plan. N’ayant pas les moyens de s’y entraîner chez lui –son ordinateur avait été confisqué pendant son absence-, il prétexta des exposés à préparer en groupe pour se rendre chez des amis dont les parents étaient encore bien vus par les siens. Satisfait d’endormir ainsi la vigilance de ses géniteurs, l’adolescent entreprit de reprendre le piratage. Les mois passés sans effleurer un clavier de ses doigts se sentirent mais plusieurs semaines seulement suffirent pour qu’il retrouve son habilité d’avant.

Un jour où aucun de ses parents ne se trouvaient à la maison –seul son père travaillait et sa mère avait dû s’absenter pour aller faire quelques courses-, Sulkan passa à l’action. Il sortit un simple sac de sous son lit et dans lequel il avait réuni ses affaires en prévision du grand départ. Bien qu’enfermé dans sa propre maison, il lui restait toujours la possibilité de sortir par la fenêtre. Chose qu’il fit, veillant à bien se réceptionner au sol. Ce serait bête de commencer ses aventures avec une cheville foulée non ? L’adolescent se rendit chez l’un de ses amis dont la maison ne se trouvait pas loin de la sienne. Le temps jouait contre lui. Si par malheur sa mère rentrait et s’apercevait de sa disparition, l’alerte serait aussitôt donnée ! A nouveau face à cet écran qui se révélerait décidément son meilleur allié, Sulkan pirata le compte bancaire de son paternel, virant une somme conséquente sur son propre compte. Merci technologie de faciliter les transitions via internet ! Après avoir validé le tout et certifié comme quoi il était bien Monsieur Zaslavski le père, l’adolescent quitta prestement son complice improvisé pour se rendre à la banque la plus proche. Il retira l’argent liquide via le distributeur pour ensuite quitter la ville. L’alerte serait bientôt donnée le concernant. D’abord, disparaître. Peu désireux de se faire bêtement arrêté à l’aéroport, Sulkan alla se terrer quelques temps dans une ville voisine de la sienne. Connaissant ses parents, ces derniers iraient tout de suite imaginé que leur fils aurait fui le plus loin possible d’eux. D’instinct, c’est ce qu’aurait fait le principal intéressé mais il devait penser autrement, sinon il serait rapidement attrapé. Il commença par se teindre les cheveux en vert. Non pas que cela le ferait passer plus inaperçu, au contraire mais les forces de police recherchaient un jeune homme aux cheveux ébènes.

Deux ans s’écoulèrent ainsi, pendant lesquels il se résolut à vivre caché. Grâce à la coquette somme qu’il s’était offerte, Sulkan fut en mesure de louer une simple chambre d’hôtel, tout comme il louait lui-même ses services en tant que hackeur professionnel. La peur de l’échec s’estompa rapidement avec le temps, au fur et à mesure qu’il enchaînait les contrats. Il n’avait pas perdu la main et surtout, cela lui rapportait gros ! Sans compter qu’il ne dépensait pas l’argent par les fenêtres non plus. Il vivait simplement, mangeant de tout et n’importe quoi –par chance, sa morphologie l’empêchait de prendre trop de poids- et aux yeux de ses voisins de chambre, il passait pour un jeune homme tout ce qu’il y a de plus normal. Il suivit l’actualité, notamment pour voir que les recherches pour le retrouver se poursuivaient. Néanmoins, il devinait l’envie d’abandonner de la part de ses poursuivants. Pour la police, les chances de le retrouver étaient minces. Ce qui n’était pas le cas pour ses parents, les seuls à vraiment marteler qu’ils finiraient par le retrouver. En voyant leurs expressions tantôt déformées par la peur, la tristesse puis la colère, Sulkan ne put s’empêcher de sourire tristement à son tour. Ils étaient les seuls responsables de cette situation… Fréquentant des milieux mal famés, il se fit quelques contacts. Ces derniers lui fournirent surtout un nouveau passeport, ainsi qu’un visa pour les Etats-Unis. Le tout se résumant en réalité à un simple bracelet électronique. Dire qu'un aussi petit gadget technologique contenait à présent toute sa vie. Sa nouvelle vie. Son rêve était sur le point de se réaliser, il allait enfin pouvoir y vivre ! Et vivre de sa passion ! C’est ainsi qu’il s’envola pour l’Etat du Maine, curieux de voir par lui-même ce qu’il en était réellement de ces hommes aux pouvoirs étranges. Peut-être même qu’il pourrait en tirer un certain avantage ? Disons, en espionnant ces derniers de milles façons, dans l’espoir de dénoncer ceux qui vivaient dans l’illégalité ? Oui, cela lui semblait être un business plus que prometteur.

« Personne suivante. »

La voix du garde résonna avec force dans le hall d'attente. Elle inspirait aussitôt la crainte et le respect aux candidats qui tentaient de franchir le Mur sans savoir si ce serait là un aller simple pour l'Enfer. Vraiment tous ? Non, l'un d'entre eux était particulièrement nerveux, ayant des difficultés à le cacher. Sulkan avait horreur des espaces clos, une phobie dont il s'était rendu compte à sa sortie de l'hôpital dans lequel il avait passé plusieurs années. Non seulement le fait de se trouver là, immobile dans cette pièce, à attendre son tour, oui tout ceci l'angoissait. Mais il devait en plus faire avec le stress ressenti lorsqu'on s'apprête à dire un gros mensonge. Une chance que les mois, que dis-je, les années passées à mentir au personnel de l'établissement puis à ses parents, rendaient la chose un peu moins difficile. Cependant, il était encore loin du poker face qu'il pouvait afficher en d'autres circonstances. Pourvu que son attitude n'attire pas l'attention de ses interlocuteurs... Son tour finit par arriver et le garçon se leva d'un coup de sa chaise. S'il était pressé d'en finir ? Et comment ! Il s'était permis de retravailler le bracelet que ses contacts lui avaient fourni, s'inventant une vie dans l'espoir de passer à travers les mailles du filet. Les étrangers étaient encore plus regardés d'un air suspicieux... C'était quitte ou double !

Essayant d'afficher un air confiant à défaut d'être naturel en présence du garde chargé des contrôles, Sulkan s'approcha. Son cœur battait la chamade. Sans doute qu'une fois le contrôle du bracelet effectué, il se sentirait plus à l'aise. Il ne craignait pas vraiment d'être déclaré positif pour ce drôle de gêne. Les autres personnes présentes, américains à en juger par leur accent, avaient l'air d'autant plus nerveuses quant à ce dernier test. Ce qui l'amusait dans le fond. Ses parents étaient tout à fait normaux, pourquoi pas lui ? Le garçon soutint le regard du garde sans broncher avant de reprendre son bras. L'autre lui adressa un simple mouvement du menton en guise d'au revoir avant de répéter inlassablement les deux mots qui constituaient son quotidien professionnel. Le soulagement éprouvé fut de courte durée pour Sulkan : se retrouver dans une pièce qui empestait le désinfectant, avec ces murs trop blancs pour être vraiment propres. Il se sentit mal. L'infirmier qui le prit en charge s'aperçut de son malaise et tenta de le rassurer de son mieux :

« Ne vous en faites pas Monsieur. Ce n'est qu'une prise de sang. »

Ce à quoi le garçon répondit par un regard noir. Comme s'il ne le savait pas ! Inutile de prendre cet air de chien battu pour qu'il lui tende son bras ! Ils savaient tous les deux que l'autre n'aurait aucun scrupule à alerter collègues et supérieurs si jamais le test se révélait positif. Ironie du sort, Sulkan était tout aussi opportuniste à sa façon et pourtant il n'aimait pas cet homme. Il lui sembla que le résultat de la prise de sang mit une éternité à lui être communiqué. Comme si quelqu'un avait deviné sa phobie, à l'origine de son malaise actuel et prenait un malin plaisir à le voir dans cette situation déplaisante. A tel point que le garçon songea à maintes reprises de quitter la pièce. Même si cela compromettrait à jamais ses chances de réaliser son rêve. Il le savait parfaitement mais à ce rythme, il n'allait pas pouvoir résister à cette envie de fuir qui lui tordait les tripes. Fort heureusement, le même infirmier revint le voir. Sulkan ne sut jamais s'il avait mal interprété les traits de ce dernier lorsqu'il pénétra de nouveau dans la pièce. L'espace d'un court instant, il crut y voir le même embarras que son propre visage devait renvoyer. Une bavure de la part de son interlocuteur ? En dépit de tout le professionnalisme dont il pouvait être capable, aurait-il perdu son échantillon de sang ? A moins qu'il ne l'ait malencontreusement mélangé avec celui d'un autre candidat ? Et que, tenant trop à son poste et surtout à sa fierté, il n'avait rien voulu dire à ses supérieurs ? Quoiqu'il en soit, ce dernier lui déclara simplement que le test n'avait rien révélé d'anormal et que par conséquent, il était admis en tant que nouveau citoyen de Madison. Il ne lui restait à présent qu'à remplir quelques formalités administratives. Choses bien inutiles en réalité puisque Sulkan comptait bien reprendre ses petites activités souterraines et ainsi échapper à son statut de citoyen modèle, un peu trop parfait à son goût.


  POUVOIR

   
type d'evolve : connu [] – illégal [X] – dormant []
   pouvoir : Adaptation pulmonaire
   effet(s) du pouvoir : L’intéressé a la capacité d’adapter ses poumons à n’importe quel type d’environnement (eau, gaz et j’en passe) et donc respirer normalement dans ces mêmes environnements.
   effet(s) secondaire(s) : Hormis le fait que Sulkan ne le maîtrise pas encore à la perfection, le pouvoir entraîne parfois une adaptation involontaire et incontrôlée des poumons. En d’autres termes, même s’il respire l’air le plus pur du monde, le garçon pourrait voir ses poumons s’adapter d’eux-mêmes pour respirer dans un environnement différent. Comme un poisson ne peut survivre longtemps hors de l’eau, Sulkan se sentirait suffoquer si ses poumons s’adaptaient à un environnement aquatique (pour ne donner qu’un exemple). Sous un regard extérieur, on peut comparer ce phénomène à une crise d’asthme, à la différence qu’il peut se révéler mortel si le garçon n’inverse pas le processus d’adaptation à temps ou s’il ne change pas d’environnement d’ici à ce que la situation revienne à la normale.


   

la chose derrière l'écran


   pseudo : Toujours le même, Natsu
   âge : 22 ans
   comment t'as atterri ici ? Double compte !
   critiques/remarques/déclaration d'amour/suggestions/cookies : Je commence ses aventures en faisant de lui un simple humain mais rapidement, il se découvrira Evolve. Vui je vais vous donner du travail supplémentaire mais je compenserai avec des cookies~ Et je m’excuse de cette histoire pas vraiment intéressante à lire ahem. =w=’

   
Revenir en haut Aller en bas
lost in the grey urban woods
avatar
Enoch Livingston
lost in the grey urban woods
05.03.15 22:55
Enoch Livingston
Bonsoir Sulkan ♫

Ravi de te retrouver pour un double-compte ; c'est une preuve d'attachement et nous te sommes reconnaissants pour ta félinité, hum, fidélité !
Ton personnage me paraît tout à fait sympathique, non parce que c'est un égoïste provocateur et négligé ou parce qu'il arbore une chevelure verte - cela joue quand même, en vérité -, mais parce qu'il s'est affranchi d'une enfance morne et restrictive pour une existence à laquelle il aspirait, sans lâcher prise. Un modèle de constance, à défaut d'obéissance ; on ne peut pas être parfait, n'est-ce pas. Il n'y a par ailleurs aucune faute à déclarer pour l'écriture [exception faite d'un « damne » mis pour « dam »], ce qui permet une lecture agréable, jalonnée de petits sourires. D'autant que l'histoire n'est pas inintéressante du tout, elle se tient même relativement bien et présente l'intérêt d'intégrer un Russe pure souche à Madison. Qui a un prénom de sultan, en plus.
J'aime aussi son pouvoir étrange et j'ai hâte de lire les embrouilles dans lesquelles tu ne manqueras pas de le fourrer ~

Néanmoins, si tu acceptes, il faudrait auparavant rectifier quelques malentendus...
Tout d'abord, la connaissance des Evolves n'est pas le monopole de Madison ; depuis la fin du XXIème siècle, les nombreuses météorites qui ont commencé à s'écraser un peu partout sur la planète ont fait apparaître des Evolves dans d'autres pays. La particularité de cette ville-ci étant d'être un foyer privilégié en raison de son ancienneté, de ses mesures de protection comme le Mur, etc. Il y a donc des observations, des expériences et des connaissances sur les mutants ailleurs qu'à Madison.
Ensuite, tu ne précises pas si Sulkan a appris l'anglais - bien qu'en tant que hackeur, on s'en doute - et surtout comment. Est-ce qu'il arrive à Madison en baragouinant tout ce qui  n'appartient pas au domaine de l'informatique ou bien s'en sort-il brillamment ? À la rigueur, ce n'est que par curiosité que je pose cela ~
J'ai du mal à saisir le rapport entre son souhait professionnel et le choix de Madison... Ou du moins, à y voir une justification suffisante pour aller s'enfermer dans une ville qu'il ne quittera plus jamais. Tu écris qu'il est « curieux de voir par lui-même ce qu’il en était réellement de ces hommes aux pouvoirs étranges » mais, avant cela, nulle trace des Evolves dans le parcours psychologique de Sulkan ; il ne semble même pas en avoir entendu parler jusqu'à récemment. De surcroît, son entrée dans la ville est soumise à des contrôles stricts : il est douteux qu'un immigré au passé trouble et aux penchants assumés pour la technologie ne soit pas vu d'un mauvais œil. Surtout que les Erasers chargés de la douane font passer un test sanguin à tout nouvel entrant ; son statut d'Evolve sera alors découvert, bien qu'au titre de Dormant non-pucé, et la surveillance sera de rigueur. Toutefois, si ces dernières subtilités ne te gênent pas, tu peux les intégrer à tes futurs rps. Dans le cas contraire, tu devras reprendre la fin de l'histoire pour arriver à lui faire montrer patte blanche aux autorités, en prenant en compte que la cybernétique a aussi ses chiens de garde super-entraînés...
Cela me semble les difficultés principales. Si tu as des questions adjacentes, n'hésite pas ! Tu connais la maison maintenant.

Bon courage et à très vite, Sultan ~

[P.-S. : L'image du profil est trop large ; pourrais-tu la couper un soupçon pour qu'elle rentre dans le cadre, s'il te plaît ? \o/]


:
 
Revenir en haut Aller en bas
wanted
avatar
Sulkan Zaslavski
wanted
07.03.15 3:22
Sulkan Zaslavski
Bonsoir ou bonjour Enoch !

Recevoir autant de compliments de ta part me fait vraiment très plaisir ! C’est un personnage que j’avais depuis longtemps en tête, pour l’avoir déjà envoyé sur un précédent forum avant de rencontrer des partenaires fantômes. Owo Et je me déteste en lisant certains de tes commentaires puisque j’ai omis de préciser des détails qui me paraissaient pourtant évidents… Je vais reprendre tes remarques les unes après les autres avant d’éditer ma fiche si tu le veux bien.

Dans le doute, j’avais relu le contexte de Chronicles pour être certaine que les Evolves n’étaient pas le monopole de Madison… Alors je me demande bien pourquoi j’ai rédigé le premier paragraphe de mon histoire… L’œuvre d’un esprit malin sans doute… Pour moi, il était clair que les Evolves sont apparus ailleurs et parfois étudiés mais (et c’est un point de vue personnel) que l’étude de ces humains dotés de pouvoirs n’a jamais été aussi répandue, voire popularisée, que dans Madison elle-même, du fait d’être le foyer de leur apparition, que les Evolves ne puissent pas quitter la ville etc… Donc oui les Evolves existent dans le monde mais Madison fait figure de ville pionnière dans les études menées sur eux. J’éditerai mon premier paragraphe vu qu’il est à côté de la plaque. =w=

C’est quoi cette question vicelarde ?! Hum ! Sulkan a appris l’anglais à l’école, comme tout le monde. N’étant pas très assidu à ces mêmes cours, sa maîtrise de la langue reste rudimentaire, il se débrouille. Il l’a davantage perfectionnée à travers l’informatique et son langage bien spécifique. En clair, il possède un usage plus professionnel de l’anglais. Cela ne l’empêche pas de jurer en russe lorsqu’il ne trouve pas les mots dont il a besoin qu’on se le dise !

En réalité, ce n’était pas la ville de Madison et encore moins le Maine que Sulkan visait. Son souhait était de s’établir aux Etats-Unis, en raison de l’essor des technologies sur place. Mais il voit en l’existence des Evolves, un moyen de faire davantage de bénéfices à travers ses talents de hackeur vu qu’ils sont sources de problèmes pour le Gouvernement. Leur existence ne lui était pas inconnue, comme le reste du monde, il a été témoin de leur apparition, ailleurs ou en Russie. Mais j’ai choisi de centrer mon histoire sur les motivations qui l’ont poussé à quitter son pays natal plutôt que son rapport avec les Evolves. J’espère que je réponds à ta question ?

Enfin, on arrive à ta dernière remarque : influencée par l’actualité comme je le suis, je pensais qu’un hackeur serait une source de… de crainte certes mais aussi d’envie pour toute entreprise désireuse de faire couler ses principaux concurrents. Mais je n’ai pas pensé à la méfiance qu’une telle personne pouvait aussi susciter, surtout que Sulkan n’est même pas américain à la base, cela ne l’aide pas. Si mon argument ne te convient pas, je peux partir sur le fait qu’il a obtenu des faux papiers (de mémoire, c’était déjà le cas) et donc il s’invente un métier, un statut, bref une vie autre que la sienne. Sitôt entre les murs de Madison, il retournera à ses petits trafics. Laisse lui une chance de rentrer à Madison !
Le second point concerne son pouvoir. Et je crois que c’est de ma faute (pour changer)… Pour moi, un pouvoir dormant peut être indétectable au début puis détectable sans apparaître pour de bon. Dans le cas de Sulkan, j’avais effectivement prévu que son pouvoir dormant soit détecté au cours d’une banale prise de sang, après avoir fait quelques rps avec lui comme un humain lambda. De ce fait, le gêne responsable de l’apparition du pouvoir ne se serait pas encore manifesté. Je crois que c’est ce qui s’est passé pour Nora mais comme je ne connais pas les détails, je préfère ne pas m’avancer. Loin de moi l’envie de la pointer du doigt pour obtenir le même traitement, je pensais que ce serait possible d’envisager les choses sous cet angle. Sinon, ça foire un peu toute mon histoire…

Et ben non je ne peux pas ! C’est une gif et j’ai la flemme de la défragmenter pour redimensionner chaque image et ensuite les réassembler… Mais je trouvais ça cool de glisser une gif dans ma fiche ! *_* Blague à part si cela pose vraiment problème, je la retirerai pour la remplacer par une autre, statique.

Dis-moi ce que tu penses de ces explications ! =)
Revenir en haut Aller en bas
lost in the grey urban woods
avatar
Enoch Livingston
lost in the grey urban woods
07.03.15 11:25
Enoch Livingston
Bonjour de nouveau, Sulkan ~

Je te remercie pour ces rectifications rapides et détaillées ; c'est toujours mieux de connaître la pensée de l'autre pour corriger les incompréhensions. Surtout que cela éclaire ta fiche d'une autre manière !

Pour la découverte des Evolves hors-Madison, il est vrai qu'il fallait trouver la mention dans l'interminable et ô combien merveilleuse chronologie :
« 2100 : Depuis une vingtaine d'années, des météorites s'écrasent un peu partout dans le monde, propageant un phénomène similaire à celui qui se déroule à Madison depuis longtemps. Le gouvernement américain, totalement désorienté par le phénomène et empêtré dans des guerres dans d'autres pays, se fracture lentement et des villes prennent leur indépendance vis-à-vis de celui-ci. Madison en fait partie. »
Mais c'est subtil et étouffé dans la masse d'informations, donc c'est normal si cela ne paraissait pas évident. Pour autant, tes réflexions sont perspicaces quant au degré d'importance que revêtent ces apparitions dans le reste du monde. Cela se voit beaucoup moins du côté des simples humains, mais tout aspirant-scientifique sait en effet que le nec-plus-ultra des études evolviennes, c'est chez nous ! Et c'est pareil pour les armements répressifs.

D'accord pour la langue - eh oui, c'était vicelard ♥
Mais parce que j'étais tombé là-dessus, le sujet m'avait effleuré l'esprit. Donc explications approuvées ~

Tu réponds à ma question. Deux cents ans après leur découverte, il est clair que l'enthousiasme planétaire pour les Evolves est un peu retombé, bien qu'il reste vivace chez de nombreuses personnes, et je conçois sans peine que l'euphorie d'une cohabitation n'est pas ce qui motive Sulkan dans ce choix de ville -w-
En somme, il pensait qu'il pourrait sortir quand il en aurait envie mais va se retrouver coincé à cause de l'activation de son gêne, c'est cela ? Tout en aidant celui qui aurait le porte-feuille le plus rempli à dénoncer les opposants ? Huhu.

Ta remarque est juste à propos de la concurrence entre les sociétés en recherche de hackeurs - même si on n'y a jamais mis les pieds, on sait à peu près comment fonctionnerait le marché à l'ère technologique... Néanmoins, ce ne sont pas elles qui régulent les entrées à Madison, sans quoi nous serions peu ou prou dans une dictature entrepreneuriale corrompue et sans aucun rapport avec les Evolves. Donc, mieux vaut que tu partes sur l'usurpation d'identité, comme c'était déjà abordé dans ta fiche avec le passeport et le visa américain. En tant que hackeur talentueux en contact avec le réseau adéquat, Sulkan aurait très bien pu débrider son bracelet identitaire [plus de « papiers » au sens strict, n'oublions pas] de façon temporaire ; ce à quoi s'ajouterait un petit vice de procédure ou un échange malencontreux de fioles pour le test sanguin d'entrée, et nous voilà bons ~
À toi d'y réfléchir et de proposer un passage qui tienne la route, usant si nécessaire d'un chouïa de chance - après tout, nous sommes dans un rpg.

Ce qui nous amène au dernier point, le gène et le pouvoir.
Après avoir relu la fiche de Nora, elle note en effet « Comptez là deux tests au cours de sa scolarité, résultats donnés non positif au gène dormant ou même actif. » Une particularité qui n'a visiblement pas posé de problème et, par conséquent, ce serait du favoritisme que de ne pas l'envisager pour Sulkan. Toutefois, et pour éviter des abus, un gène dormant, c'est-à-dire non-actif, reste la plupart du temps visible sur un test sanguin [les humains purs ne le possédant tout simplement pas]. C'est pourquoi le second test que subira Sulkan, même si son gène n'est toujours pas actif, pourra effectivement donner lieu à une détection. Du moins, c'est comme cela que je l'envisage, pardon pardon ;-;

Et pour l'image, ce n'est pas moi qui irais la découper... La technologie et moi faisons trente-six - les mathématiques aussi, d'ailleurs - donc il faudra que je voie avec quelqu'un d'autre ! Enfin, pas d'inquiétude à avoir.

J'espère que tout cela te permettra de mettre à jour ta fiche. La validation ne devrait plus se faire attendre ensuite !


:
 
Revenir en haut Aller en bas
wanted
avatar
Sulkan Zaslavski
wanted
08.03.15 0:40
Sulkan Zaslavski
Bonsoir Enoch !

Comme souhaité, j’ai édité ma fiche pour corriger ce qui n’allait pas. Pour t’épargner d’avoir à la relire pour t’assurer que les points épineux ont bien été modifiés, je te copie dans ce post ci les modifications que j’ai apportées.

En ce qui concerne le premier paragraphe trop chelou et la question de la situation de Madison par rapport au reste du monde, j’ai rajouté quelques lignes pour dissiper le malentendu :
Sulkan a écrit:
Ainsi le secret de l’apparition de ces créatures demeure la propriété même de la ville de Madison. Cependant, cette situation ne fit qu’attiser les tensions internationales. En effet, des cas similaires se firent de plus en plus recensés par-delà les frontières des Etats Unis. L'interrogation grandit. Nombre de pays désiraient s’approprier les recherches effectuées au sein de Madison, en vue de faire leurs propres expériences sur ces créatures, dans le but de percer leurs secrets. Aux yeux de certains, ils représentaient l’évolution de la race humaine. Les réseaux d’espionnage pour les démasquer se multiplièrent. L’utilisation de la technologie, en particulier l’information était au cœur de ces pratiques.

Enoch Livingston a écrit:
D'accord pour la langue
> Ne me tend plus jamais de perche comme ça voyons~ Dire que je croyais encore en ton innocence jusqu’à ce que je tombe sur ce lien, glissé de manière fourbe à mon intention. Puis-je te demander ce que tu fais de ton temps libre ? XD Plus sérieusement, est-ce que je dois préciser le niveau de langue de Sulkan en anglais avec toutes ses subtilités ou ma parole suffit ?

Et oui~ C’est bien ce que je prévois pour lui, autant dire que je suis une sadique qui s’assume…

C’est bien ce que je me disais, je vais donc changer la fin de l’histoire et la développer un peu plus concernant son entrée dans la ville. Pour ma défense, j’ai connu ce forum avant le bond en avant question technologie et j’ai un peu de mal à m’habituer aux contextes trop futuristes… Varig m’a déjà repris là-dessus (c’est un animateur sérieux que vous avez là ! *_*) donc je vais faire attention à l’avenir et n’hésitez pas à me reprendre, je vais bien finir par aimer ça héhé…
Sulkan a écrit:
Fréquentant des milieux mal famés, il se fit quelques contacts. Ces derniers lui fournirent surtout un nouveau passeport, ainsi qu’un visa pour les Etats-Unis. Le tout se résumant en réalité à un simple bracelet électronique. Dire qu'un aussi petit gadget technologique contenait à présent toute sa vie. Sa nouvelle vie. Son rêve était sur le point de se réaliser, il allait enfin pouvoir y vivre ! Et vivre de sa passion ! C’est ainsi qu’il s’envola pour l’Etat du Maine, curieux de voir par lui-même ce qu’il en était réellement de ces hommes aux pouvoirs étranges.

J’ai détaillé la fin de l’histoire en rajoutant un paragraphe ou deux (et même des répliques !) pour expliquer comment Sulkan a pu rentrer dans Madison sans éveiller les soupçons. Mais il sera bien reconnu comme Evolve dormant lors d’un prochain rp, c’est certain ! C’était au programme tu n’as rien à te reprocher =)

J’espère que les modifications apportées conviendront. Je vais remplacer l’image du profil par une autre, inutile de perdre du temps là-dessus, ce n’est pas important. Accorde-moi juste quelques heures de plus pour trouver quand tu liras ces lignes ! En tout cas merci pour tes remarques et commentaires, ça m’a permis de corriger ainsi que d’enrichir ma fiche sous certains aspects ! =D *vient ronronner près d’Enoch*
Revenir en haut Aller en bas
lost in the grey urban woods
avatar
Enoch Livingston
lost in the grey urban woods
08.03.15 11:40
Enoch Livingston
Bonjour Sulkan !

Merci pour tes attentions, cela va droit à mon p'tit cœur de fantôme ~

• Le premier paragraphe est désormais correct ; coché sur la liste.
• Quelle innocence ? A-t-on jamais su à quel point j'étais fourbe et perfide, ici ? -w- Si tu y tiens, une bonne partie de mon temps libre est consacrée à éviter de dire des bêtises, d'où les recherches et les pages bizarres à consulter afin de ne pas raconter n'importe quoi. Le reste est un secret ♥
Bien entendu, tu n'as pas à préciser les subtilités de la langue de Sulkan, je te crois sur parole ~
• Oh, je ne savais pas que tu avais été un adepte de la première heure ! Je comprends donc que tu sois un peu déboussolé ; le souci du futur est que nous avons tous notre propre conception de l'évolution des technologies, des rapports humains et des avancées techniques, alors cela donne une mixture étrange lorsque ces idées se rencontrent. Mais Varig est tout indiqué en cas de confusion post²-moderne, il a l'habitude. Tu es entre de bonnes mains avec lui... *tousse*
Nulle inquiétude, nous suivrons ton parcours et en cas de doute, tu peux poser toutes les questions que tu souhaites.
• Les paragraphes rajoutés sont valides ; j'apprécie le fait qu'ils montrent Sulkan sous un angle moins confiant. Cela casse avec l'image prétentieuse qu'il aurait pu entretenir auparavant, en passant la frontière fingers in the nose - après tout, il est encore bien jeune.
Bienvenue à Madison !

Par conséquent et après ces longues digressions, voici celui que tu attendais avec impatience, plein de fougue et de grâce, qui te barbouillera en vert menthe jusqu'à nouvel ordre. J'ai nommé :



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c h r o n i c l e s :: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis-
Sauter vers: