:: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tigre et Dragon

eraser
avatar
Cecil Moana
eraser
02.02.16 20:37
Cecil Moana
Nom × Moana
Prénom(s) ×  Cecil
Date de naissance × 26 ans – 25 Janvier 2187
Sexe × Masculin
Nationalité × Américain
Origines × Hawaïennes
Statut civil × Célibataire
Métier × Eraser
Domicile × Centre-ville ; un simple studio

physique ;


Taille × 1m67
Poids et corpulence × 64 kg
Couleur de peau × Caramel
Couleur des yeux × Ambrés
Couleur des cheveux × Châtains
Style vestimentaire × Décontracté en dehors du travail. Jean usés et t-shirts lâches. Des baskets, toujours prêt à courir. Un sweat lorsque les températures sont plus hivernales. Un style peu recherché en somme et loin d’être classe. Au travail par contre, l’uniforme obligatoire est de mise.
Signes particuliers × Un beau tatouage de dragon s’enroulant autour de son bras pour finir la tête contre son épaule. Les oreilles percées au niveau du cartilage, vestiges de ses piercings.

mental ;


Au premier abord, Cecil est un jeune homme bruyant avec un air qui oscille entre simplet et stupide. Il manque de tact et raconte ce qui lui traverse la tête sans trop y réfléchir à deux fois. Parfois ça valait la peine d’être mentionné, souvent ce n’était pas le cas. Il est familier, voire trop familier. Il respecte la hiérarchie dans ses actes mais peu dans ses paroles. Ce n’est pas par rébellion ou provocation, bien au contraire. Il ressent un respect certain pour ses supérieurs – bien qu’il soit devenu un peu méfiant vis-à-vis de cette émotion – mais il a simplement du mal à tenir sa langue. Sa franchise lui apporte bien des ennuis. Il blesse accidentellement les personnes face à lui mais s’il s’agit d’un ami, il fera au mieux pour recoller les morceaux. C’est ce qui lui donne un air un peu simplet ; sa fidélité presque sans limite envers ses proches et la sincérité de ses actions.

Cependant, sous ses airs presque enfantins, Cecil fait des efforts. Il a souffert et essaye de ne pas répéter ses erreurs. Ses maladresses verbales sont parfois contenues in extremis par une morsure sur la langue. Il garde un œil sur son rythme cardiaque lorsqu’il sent la colère grimper et tente de s’apaiser en utilisant diverses méthodes de respiration. Il pratique d’ailleurs le yoga, lorsqu’il en a la patience – autant dire rarement. Ce n’est pas forcément très efficace et il a l’air encore plus stupide mais c’est sa façon de s’améliorer. Sa brutalité ne peut s’exprimer trop facilement. Il a un rôle qu’il prend à cœur et ne souhaite pas le salir bêtement.

Malheureusement, entre désir et réalité, il y a parfois une crevasse immense. Sa ligne de conduite écrite sur le mur de son studio n’est qu’un modèle qu’il tâche de suivre au mieux. Les écarts sont pourtant nombreux. Capricieux et joueur. Téméraire et spontané. Ce ne sont pas des combinaisons forcément gagnantes. Elles ont leur avantage mais ses restes de dépression qui réapparaissent parfois lui soufflent à l’oreille que son caractère n’est pas bon, pas conforme. Il s’aide de la musique pour traverser ses phases plus sombres et du sport pour contenir ses ardeurs en des jours trop ensoleillés. Cecil cherche encore son équilibre entre un enthousiasme débordant et des remords saisissants.


Les evolves × Ils sont responsables du départ de son frère mais en même temps lui ont permis de découvrir sa vraie nature. Il les aborde plutôt avec un état d’esprit négatif cependant, craignant ce dont ils sont capables.
Les erasers × Ce sont ses collègues. Il leur fait confiance et considère – à tort parfois – qu’ils se rapprochent le plus de ses amis et partagent son point de vue.
Les scientifiques × Il ne les côtoie que peu. Il ne les craint pas pour autant et n’hésite pas à se tourner vers eux lorsqu’il a des problèmes médicaux ou techniques. Ce sont eux les pros après tout !

histoire ;


« T’as encore mordu petit tigre ? »

Une pichenette affectueuse sur le front suffit à initier une grimace de mécontentement feint sur le visage de l’adolescent. A l’image de son surnom, sa lèvre supérieure se retroussa alors qu’un grognement vibrait dans sa gorge.

« Qui t’appelles petit ? »

Le rire qui résonna ensuite attisa le sourire du jeunot. Comment résister face à un éclat si contagieux ? Son frère avait toujours possédé ce don de chasser la mauvaise humeur, les cauchemars, les méchants… Une étreinte, un rire et tout se sublimait. Cecil vouait une réelle admiration à cet être qui illuminait sa vie. Il l’appelait le Dragon. Parce qu’il adorait ces créatures et que son frangin était aussi fort et puissant que l’un d’eux. Il veillait au trésor qu’était leur famille. Ni riche ni pauvre, soudée et simple. Ils avaient leurs différents parfois, comme toute famille. Cecil avait un caractère plus turbulent. L’école se plaignait souvent de ses éclats émotionnels et le bureau du directeur était devenu sa seconde maison. Son père tenta de le mettre au sport pour qu’il s’épuise. Sa mère à la musique pour qu’il extériorise sa colère. Les deux furent un mélange de succès et d’échec. Succès car le jeune y prit plaisir. Entre l’athlétisme et la guitare électrique, il s’amusait bien et se faisait de nouveaux amis. Mais son comportement problématique ne cessa pas pour autant. Il subissait donc ses punitions et réprimandes sans changer.

Il fallut attendre ses treize ans, à l’aube de ses quatorze.
2200.
La Red Week.
Semaine tumultueuse qui affecta grandement son frère. L’être de lumière s’était destiné à une carrière politique. Son charisme, son intelligence et son sang-froid en faisaient un élément prometteur. Il soutenait un grand nom de la ligue pro-égalité. Défendre les evolves et les inclure dans la vie de la ville. Un bel idéal qui faisait rêver davantage le jeunot fasciné. Les espoirs s’effondrèrent pourtant. La politique prit un tournant violent qui éjecta l’apprenti. La transformation qui suivit fut brutale. Il devint renfermé et hautain. Dans son désespoir, il maudissait les evolves et la ville de Madison. Son frère, sa famille, ses amis. Tous se retrouvèrent exclus de ses pensées, de ses plans. Seule une femme parvenait à l’approcher. Sa fiancée. Une ravissante blonde au sourire ravageur. Elle parvint à le convaincre que sa défaite n’était que pour donner naissance à un renouveau. Il aurait cette puissance et richesse qu’il désirait tant. Qu’ils désiraient tant. Mais pas ici.

Deux ans de belles paroles envoutantes et sans un mot, le dragon disparut.
La nouvelle dévasta l’adolescent à son tour. L’image de son héros se dématérialisait. Jamais n’aurait-il cru que le surnom de dragon collerait à son frère sur tous les plans. Avide d’argent, le politicien jetait tout pour s’offrir la vie qu’il pensait mériter. Cecil possédait une façon de penser bien différente. Plus direct, plus simpliste surement aussi. Il n’était pas un brillant avocat du diable. Il n’était qu’un adolescent fougueux et spontané. Malheureusement, le choc de la disparition ne passa pas inaperçu. Sa violence disparut. Son expressivité aussi. Il entrait dans sa période noire. Une sombre dépression l’étreignait. Les parents voyaient leurs deux fils se déchirer sous leurs yeux. Même le directeur s’inquiéta du soudain changement de comportement du garçon. Il fut donc décidé de lui apporter un suivi psychologique pour l’accompagner dans sa scolarité et l’aider à se reprendre.

Les séances étaient lourdes.
Au début, Cecil parlait peu. De longs silences pesaient dans la pièce. Les questions du psychologue demeuraient sans réponse. Il en rencontra donc plusieurs, des psys. Homme, femme. Méthode douce, méthode forte. Aucun n’apportait d’amélioration notable. Les parents tentaient eux aussi d’aider leur fils à extérioriser sa douleur, à s’ouvrir à eux mais il les rejetait. Différemment de son frère avant lui. Parce qu’il n’aimait pas leur faire de la peine ainsi, il souriait, les enlaçait et affirmait qu’il allait bien. Il partageait les repas avec eux et racontait ses journées vides et ennuyeuses. Ses mensonges creusaient pourtant un fossé qu’il ne réalisait pas. Dans un espoir désespéré, ils se tournèrent vers de la musicothérapie. Après tout, le sport et la musique n’avaient pas quitté sa vie. Sa guitare résonnait toujours dans le garage pendant les weekends.

L’effet ne fut pas immédiat. Mais les premières séances laissaient déjà le déprimé plus décidé. Il trouvait plus aisé d’exprimer ses maux à travers les cordes de son instrument que leurs consœurs vocales. Des années durant, il travailla donc ainsi. Le soulagement des parents était flagrant et leur fils finit par sortir de son gouffre. Il continua malgré tout de se rendre à ses sessions pour éviter de sombrer à nouveau. Il se fit tatouer lors du processus. Pour avancer. Souvenir de son frère, image de ses rêves d’enfants et de ses démons. Le dragon était un rappel constant de cette période mais aussi de sa victoire. Il avait muri et perdu sa brutalité. En partie. Il était redevenu l’être franc et direct qu’il était avant. Jamais ses géniteurs n’auraient-ils pensé être heureux de subir quelques remarques déplacées de leur enfant. Et pourtant, ils s’en réjouissaient car cela prouvait de son retour en force. Cecil avait gardé quelques maux de sa période sombre malgré tout. Les mensonges, les blondes, la politique, les evolves… Il ne les haïssait pas mais ils le rebutaient, le rendant plus aptes à se montrer désagréable, plus irritables.

Son appréhension des evolves et ses capacités sportives le guidèrent naturellement vers une carrière d’eraser. Il souhaitait participer à cette cause qui révolutionnait le monde mais ne possédait pas l’intelligence de son frère qui lui permettrait de briller auprès du peuple. Il préférait se tenir sur le terrain, les pieds bien sur terre. Cela convenait mieux à sa façon de penser et surtout d’agir. Travaillant dur pour rendre ce désir réalité, Cecil finit par atteindre son but et tenta au mieux d’y rester malgré ses écarts comportementaux. La petite balle à malaxer qui trainait dans sa poche n’était pas seulement une bricole inutile. Ni même son bracelet qui surveillait son rythme cardiaque. Il était surveillé. Par lui et les autres.

Pseudo × Moi (Jude)
Âge × 21
Comment t'as atterri ici × J’y étais, il fut un temps !
Autre chose à ajouter × Vous me manquiez ♥
Revenir en haut Aller en bas
eraser
avatar
Cecil Moana
eraser
13.02.16 15:00
Cecil Moana
Fiche terminée
Revenir en haut Aller en bas
lost in the grey urban woods
avatar
Enoch Livingston
lost in the grey urban woods
16.02.16 16:23
Enoch Livingston
Alexander-Lean-Quentin-Jude-Cecil, cinquième du nom [je crois que je n'en ai oublié aucun...], quel plaisir de te voir revenir parmi nous *-*

Ce n'est pas drôle, bien entendu, puisque tu connais tout par cœur, alors nulle bévue à se mettre sous la dent, aucune erreur de parcours ou faille du contexte. Pas drôle, vraiment. Pour la peine, tu auras cette chanson dans la tête toute la journée !
Mauvaise blague mise à part, j'aime beaucoup la fraîcheur de Cecil ; même s'il n'est un modèle ni de candeur ni d'abnégation, qu'il a traversé des phases grisâtres et que la violence fut longtemps sa compagne, il fait des efforts parce qu'il possède au fond cette foi naturelle qui ne demande qu'à s'épanouir. Cette lutte intérieure qu'il mène envers lui-même, et que tu décris de manière légère et sombre à la fois, avive ma curiosité ; qu'est-ce que tu vas donc en faire, de ce tigre ?
Puis il est petit, c'est chou. Et Hawaïen. Et tatoué. Il donne envie de le pousser hors de ses gonds et de le rassurer en même temps, c'est terrible.

Je ne te guide pas pour un tour du propriétaire, tu connais les lieux ~
Voici ton rouge et des paillettes, et bienvenue une nouvelle fois ♥



:
 
Revenir en haut Aller en bas
eraser
avatar
Cecil Moana
eraser
16.02.16 17:21
Cecil Moana
Merci beaucoup mon petit Enoch adoré ♥️ [et tu n'as oublié personne, je suis impressionnée]

Je suis contente d'être de retour parmi vous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c h r o n i c l e s :: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis-
Sauter vers: