:: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nost Garner

evolve
avatar
Nost Garner
evolve
31.10.17 22:12
Nost Garner
NomGARNER
Prénom(s)Nost
Âge28 ans
Date de naissance 06 mai  2186
Nationalité / Origine Americain /  Madison
Statut CivilCélibataire
EmploiJournaliste
GroupeMRE
ft Makishima Shougo from Psycho - Pass
POUVOIR
Nom du pouvoir × Anamnèse
Effets du pouvoir × Anéantir les souvenirs qui se rattachent à lui, que ça soit soit sa présence, sa propre personne ou ce qui le rappel (objets, lieux, ect...).


Chaque personne qu'il croise l'oublie sitôt qu'il quitte leur champ de vision. Malheureusement, au bout de plusieurs rencontres fortuites et suffisamment intenses, les bribes d'informations suffisent pour que ses victimes se créent des souvenirs à son encontre. L'anamnèse va alors pleinement se déclencher, pour se répandre, rongeant les souvenirs que ses proies ont emmagasiné à son sujet. Tout d'abord, les plus discrets, sans valeur, qu'ils ignorent posséder. Mais plus ils passeront du temps en sa compagnie, plus les souvenirs créés ensemble se multiplieront, plus ils seront annihilés.

Évidemment, cet effet indésirable n'est pas le fruit de sa volonté et agit telle une malédiction repoussante, le condamnant à une solitude redoutable. Les caméras, les écrits … En d'autres mots, les preuves physiques peuvent être un moyen de palier à cette amnésie. Seulement, ces traces gardent la saveur de l'anamnèse : du moment que vous continuez à maintenir le contact visuel ou sonore, vous ne l'oublierez pas… Mais peu après l'avoir rompu, vous ne vous rappellerez plus qu'il en est le sujet.


Effets secondaires ×

Tout à un prix, même la monstruosité qui serpente au cœur de son être.

Outre les écoulements sanguins, les maux de tête, les pertes de consciences et l'épuisement chronique dont il est victime, faute d'être capable de stopper l'horreur qui s'abat en lui, l'activation subite est loin d'être sans conséquence. En contre-coup, son propre organisme tend à s'oublier. Ses organes peuvent subitement s'arrêter de fonctionner, faut de se rappeler comment y parvenir, quand ce n'est pas tout simplement son corps qui ne réalise pas leur existence. Les conséquences sont aussi fâcheuses qu'à risques pour le jeune homme : si son cœur oublie de battre, si ses poumons ne se rappellent plus comment fonctionner.. il pourrait bien en mourir. Au quotidien, son système oubli toujours au moins un des éléments qui le compose.

Cet effet, déjà difficile, se complète d'une atrophie aléatoire et temporaire d'un sens. Vous connaissez le syndrome du membre fantôme ? Quand quelqu'un perd un bras et qu'il continue pourtant à ressentir des sensations.. Et bien, c'est exactement l'inverse. Le "membre" atteint peut être le cristallin (de ses yeux), le nerf auditif, le nerf olfactive, ses papilles et son derme. Une fois atteint, il est incapable d'en percevoir quoi que ce soit. Le sens atrophié, rendu inutilisable, change aléatoirement et le reste pour une durée variable. Donc, il lui est impossible de savoir quel sens va être atteint, ni pour combien de temps. Puisqu'il y a un changement continue de cible, aucun de ses sens ne s'est mieux développé pour combler cette perte.

MENTAL
CALME
Nost est une personne particulièrement calme, même lorsqu'il élève la voix, nul ne peut penser qu'il se met en colère, en vertu du sang froid qui émane de son être et ce, peu importe la situation. Ceci s'explique par la patiente dont il fait preuve. Ce jeune homme est capable de recommencer la même action des centaines de fois, sans se lasser, ni abandonner. Tout est une histoire de temps à ses yeux. Évidemment, cela signifie qu'il est atrocement têtu. Lorsqu'il a décidé quelque chose il ira jusqu'au bout, peu importe ce que cela lui coute. Néanmoins, ses ambitions sont rares, de sa vie il n'en a jamais eues que trois, dont deux férocement similaires.

RIGOUREUX
Sans aller jusqu'à être maniaque, il aime que les choses soient bien faites et ordonnées, peu importe qu'elles soient désirées ou non. Pour une parfaite justesse, le temps doit être prise en compte : si un événement arrive trop tôt, ou trop tard, peut importe son élaboration, il restera un échec. Suivant cette doctrine, lorsqu'il s'attelle à une tâche, peu importe à quel point elle peut être déplaisante, il fera tout son possible pour bien la réaliser et de là, il en tira une source de satisfaction. Cela lui a permis de devenir un autodidacte de qualité : il n'a pas besoin d'obtenir un résultat, ou une récompense, pour trouver la motivation nécessaire à ses actes.

LOYAL
Peu de choses l'intéressent véritablement, toutefois lorsqu'il se dévoue à un être, ou à une cause, sa loyauté est exemplaire. Nost est capable de sacrifier tout ce qu'il possède pour sa réussite, sans éprouver le moindre ressentiment, ni la plus infime culpabilité. Trahir est inimaginable à ses yeux et serait une aberration totale. Encore faut-il bien définir ce à quoi ou à qui il se dévoue. Allant de pair avec ce trait de caractère, sa droiture ne s'entache d'aucune ombre. Une fois qu'il a défini ses propres règles, il les respecte, peu importe à quel point elles peuvent être absurdes. Ses propres règles, oui : elles ne sont pas toujours compatibles avec celle en vigueur par la justice.

SOCIAL
L'homme est un solitaire, dans la mesure où il ne dépend de rien et ne compte sur personne. Cela ne l'empêche guère d'apprécier la compagnie d'autrui, de bavarder volontiers quand le sujet l'intéresse et de faire preuve d'empathie face à ses interlocuteurs. Toutefois, tout à chacun peut juger du peu de sensibilité qu'il éprouve, face aux sorts d'inconnus, voir de ses proches. Voilà pourquoi il ne se met pas en colère, ne perd pas son calme et n'éprouve pas de haine. A cause de cela, sa gamme d'expressions varie peu en dehors du sourire froid qu'il affiche constamment. La tristesse et les autres émotions ne lui sont pas inconnues, simplement plus discrètes, tous n'arrivent pas à les desceller.

VÉRIDIQUE
Ho bien sûr, il sait mentir et ne se gêne pas pour y avoir recours : cela fait partie de la nature humaine. Simplement, cela ne lui viendrait pas à l'esprit de prétendre être ce qu'il n'est pas. Sans doute est-ce la raison pour laquelle il n'a pas voulu cacher son statut d'evolve, dès qu'il en a pris pleinement conscience. Si quelque chose lui plait, ou si quelque chose le froisse, il ne le cachera pas et l'exprimera en toute simplicité, spontanément. Puisqu'à ses yeux, nul n'a d'importance, hormis quelques grands principes.

SUICIDAIRE
Si rien n'a d'importance, ne soyez pas surpris qu'il n'en apporte pas davantage à sa propre existence. Souffrir ne l'effraie pas et mourir reste une fatalité commune à tous. Cependant, son souhait n'est pas de mourir futilement. Jamais il ne mettra un terme à ses jours, puisqu'il peut utiliser sa vie pour servir ses ambitions. En ce sens, il la risque volontiers si cela peut lui assurer une progression non négligeable. Voilà pourquoi il l'a toujours mis au service de la population, sans craindre de la perdre. Du moins en suivant sa propre idée de ce qui consiste à servir qui que ce soit.
L'être humain considère que les marques d'affections, comme la gentillesse, sont la plus grande des banalités. Alors que les actes destructeurs, comme douloureux, apparaissent comme anormaux. A ce titre, elle lui confère une grande importance. De là, le jeune homme a développé un engouement pour ses actions déplaisantes, qui le qualifie aisément comme masochiste. Toutefois, il ne recherche pas la douleur pour elle-même, mais pour l'importance qu'elle évoque chez autrui. Et il apprécie la tendresse, comme la douceur.

CALCULATEUR
Son sens de l'observation s'est développé avec les années, surement parce qu'à force de souffrir d'un manque d'attention inhérent à son pouvoir, il a voulu contrebalancer le sort en donnant de l'importance même au plus infime élément. Pensez à ce qu'autrui oublie, ignore ou se désintéresse est une seconde nature. En ses sens, il réfléchit beaucoup pour adopter les positions optimales aux réussites des actions qu'il entreprend, ors pour y parvenir il a besoin d'emmagasiner beaucoup de données. Ces particularités ont fait de lui un redoutable calculateur, qui s'évertue avec brio à réussir tout ce qu'il entreprend en se focalisant sur les intérêts et faiblesses de ceux qu'il croise.

INSUPPORTABLE
Être à ce point sûr de lui le rend particulièrement exécrable. Sa force demeure dans son savoir : vous allez l'oublier, d'ici quelque minute, inévitablement. Non seulement, à cause de cela il ne vous accordera pas ou peu d'importance, tandis que vous, si vous parvenez à conserver quelques souvenirs de sa personne, c'est que vous commencez à lui conférer de la valeur... Mais surtout, cela lui donne un atout indéniable sur vous. Vous, vous ne le connaissez pas, ou peu.. Tandis que lui vous a déjà fréquenté à quelques occasions. Sûrement a-t-il une idée de vos goûts, de ce qui est précieux pour vous, des idées que vous défendez... Parce que si vous avez réalisé sa présence, c'est que vous l'avez déjà rencontré à plusieurs occasions et qu'à chaque fois, il vous a étudié avec soins.

CE QU'IL CACHE
S'il y a un domaine dans lequel il est imbattable, c'est pour se mentir à soi-même. Enfant il s'est persuadé de désirer suivre les pas de ses parents, pour parvenir à supporter cette charge, comme son avenir confiné et trop étroit pour révéler ses désirs. Adolescent, il a nié sa véritable nature, au point de la haire pour ne pas succomber face à la culpabilité, ni à devoir trop tôt y faire face. Adulte, il s'illusionne en prétendant n'apporter aucune importance à autrui, de peur de s'écrouler lorsqu'il perd ceux qui lui sont cher. Son pouvoir est une malédiction qu'il le plonge dans une atroce solitude. Si seulement il était aussi insensible qu'il le prétend, alors il ne s'isolerait pas de la sorte, il ne s'interdirait pas de nouer des liens, de peurs que les autres ne deviennent des légumes. Inconsciemment, il a conscient de cet état des choses, voilà pourquoi il a trouvé, en dépit de tout, un but à suivre, pour parvenir à scinder tout cela sans s'effondrer.
PHYSIQUE
Taille × 180cm
Poids et corpulence × 70 kg, mince de par sa taille, musclé et agile

Couleur de peau × Peu coloré, marque vite
Couleur des yeux × Ambre (teinte de marron)
Couleur des cheveux × Blanc (teinture, blond à l’origine). Coupe : carré, avec quelques mèches longues.

Signes particuliers × Il a quelques cicatrices sur le corps, qui datent de son service comme Eraser.

 
HISTOIRE

« Nost »
« Tu es sûr chérie ? C'est... Peu commun comme prénom... »
« Oui, c'est décidé. Mon petit Nost, avec un nom pareil, impossible que tu passes inaperçu ! Tu marqueras les esprits, j'en suis sûr.»


La femme sert avec amour son nouveau-né, tandis que l'homme soupire tendrement en les observant.
Mr Garner est barbier, Mme Garner est coiffeuse. Ensemble, ils tiennent une petite boutique, dans un quartier modeste de Madison. Les affaires ne sont pas mauvaises, néanmoins ils ne roulent pas sur l'or, bien au contraire. Dans le font, ils auraient préféré rembourser leurs dettes avant d'avoir un bébé, mais le choix n'est pas toujours possible.

*****

L'enfant se réveille avec le soleil, sourire aux lèvres. Plein d'énergie, il court jusqu'à la cuisine, puis saute dans les bras de son père. L'homme rit avant de l'attraper pour le faire voler dans les airs, avant de le tendre à sa mère. Le baiser maternel est doux comme la rosée du matin. Déposé sur sa chaise, avec appétit il dévore sa tranche de pain, déclarant la bouche pleine.

« La confiture de maman est la meilleure de toute la terre ! »
« C'est vrai, ta mère est la meilleure cuisinière du monde ! »
« Inutile de me flatter vous deux, vous n'aurez pas de second service ! »


Des éclats de rire, avant qu'il ne finisse son repas. Une grande main ferme dans sa petite paume, une belle main douce dans son autre paume... Et le voilà partis pour l'école. Le petit garçon est bon élève. Il aime apprendre et dévore tous les écrits qui lui tombent en main. Espiègle, il s'amuse dans la cour de récréation à poursuivre ses amis. Les professeurs n'ont pas à se plaindre : Nost est épanoui et sociable. Le soir, il attend ses parents avec impatience, pour leur raconter ses nouvelles découvertes quand ils rentrent à la maison. Ses parents éprouvent une grande fierté, toutefois leur cœur se serre car peu importe ses capacités, jamais ils ne pourront lui payer des études. De retour à la maison, quelques clients viennent tenter leur chance. Son père a acquit une petite réputation, en proposant une coupe à l'ancienne, avec un couteau de barbier, héritage familial. Assit sur une chaise, le petit observe la dextérité de ses grandes mains glisser contre les courbes du menton, séparant les poils de la peau sans verser la moindre goutte de sang. Des étoiles pleins les yeux, il murmure, au soulagement de sa mère.

« Quand je serais grand, je pourrais faire comme papa ? »

Qui a dit qu'il fallait de l'argent pour être heureux ?

******

Les années ont passé, l'enfant a treize ans déjà. Il se lève avec la sonnerie de son réveil, un peu groggy. Plein d'entrain, il arrive à toute allure à la cuisine pour boire d'un trait son verre et attraper sa tartine. Trop rapide, il manque de s'étouffer et tousse, tandis que son père lui tape doucement le dos.
« Moins vite mon garçon ! »
Après un sourire de remerciement, le petit déguerpis, de peur d'être en retard. Sur le pas de la porte, sa mère l'interpelle :
« Tu oublies tes affaires ! »
Rapidement, il attrape son sac, colle un baiser rapide sur la joue parfumée, puis disparaît.
« A ce soir ! Je vous aime »

Rejoignant ses camards peu fortunés dans le véhicule, agenouillé sur son siège, il sort une vieille tablette de son sac : dessus apparaît les réponses de l'examen du jour, fraîchement piraté. Depuis un moment, il s'intéresse d'un peu trop près à la technologie. Ses professeurs le trouvent dissipé et bruyant, deux fois déjà ils ont convoqué ses parents, pour les mettre en garde contre ses activités de pirate en herbe.

Le soir, il passe le balai dans la boutique, qui commence à se remplir. Puis quand vint l'heure de dîner, il lit un énième ouvrage tandis que l'odeur de soupe envahit la pièce. Son père l'interroge, un peu inquiet.
« Nost, tu devrais arrêter de pirater le compte de ton professeur. Même si c'est pour aider tes amis, ce n'est pas bien. »
« Il n'a qu'à mieux le protéger, il devrait avoir honte qu'un enfant arrive si facilement à le récupérer ! »
« Nost ! Sois plus respectueux ! »
« Mais… ! »
« Il n'y a pas de mais qui tienne. »


Les débuts de l'adolescence, les premiers affrontements, l'avenir se complique.

******

Une journée de courses qui aurait dû être semblable à des milliers d’autres...
Sauf que cet homme hurle dans le magasin dans des spasmes, ses mains arrachant ses cheveux par touffes entières, comme un dément.
Sauf que son père s’approche du pauvre malade pour l’aider à se calmer...
Sauf que son père se met à hurler à son tour, de la fumée sort de sa main qui rougit et se couvre de cloques, sans qu’il n’arrive à la retirer.
Sauf que les passants se mettent à hurler et à courir dans tous les sens face à ce spectacle.
Sauf que sa mère le serre avec force dans ses bras, le protégeant de cette foule inconsciente.

Et il y a cette personne, stupéfiante, qui fend la foule sans crainte, pourfend le membre à jamais perdu de son père, avant de s’occuper de l’étrange créature.
Sa première rencontre avec un eraser.  


A l’hôpital, sa mère, couverte d’hématomes, va boiter pour le reste de sa vie. Son père se retrouve mutilé, incapable à l'avenir d'utiliser ses outils de barbiers. Comment pourront-ils continuer à tenir leur commerce ? L’enfant pleure sur les genoux maternels, tandis que son père lui caresse les cheveux.
Sa première rencontre avec un evolve.

******

Les années ont passé, le jeune homme à seize ans. Sa mère tient seule la boutique, quasi-déserte. Elle cumule les petits boulots pour faire vivre sa famille et s'épuise à la tâche. Son père la seconde de son mieux, mal à l'aise dans sa condition d'handicapé. Les yeux ouverts, il attend que son réveil cesse de sonner, ne voulant pas descendre. Pourtant, il finit par se relever et rejoins sa famille, embrassant au passage la joue de sa mère tombée endormie sur le canapé. L'odeur de brûler titille ses narines, de justesse il éteint la cuisinière tandis que son père réalise cet oubli.

« Désolé, je lisais le journal ! »
« C'est ça de laisser un homme cuisiner ! »


Sa mère s'est réveillée et les deux rient. Nost, lui, ne sourit pas. Ses yeux fixent le pull que porte la femme.

« Mon chéri, tu m'assistes aujourd'hui ? »
« Non maman, j'ai cours aujourd'hui. »
« Tu vas en cours le dimanche maintenant ? »
« … On est jeudi, papa. »

Le jeune homme se relève, son sac sur l'épaule. Il embrasse ses parents, puis s'approche de la porte. Avant de s'en aller, sa mère l'interpelle.

« Où vas-tu mon grand ? Il va être l'heure d'ouvrir le salon. »
Le jeune homme serre son poing, avant de répéter, dans un sourire forcé.
« On est jeudi maman.  Je viendrais t'aider quand je rentrerais, d'accord ? »
« D'accord. Travail bien mon cœur, on compte sur toi. »

Le cœur lourd, Nost sort. Dehors, le transport scolaire passe à ses côtés sans même freiner. Dans un soupire, le jeune homme se met à courir pour le rattraper au prochain arrêt. Ce genre de scène se répète chaque matin depuis quelque temps déjà.

Arrivé en cours, le professeur le dévisage.
« Tiens, on ne m'a pas prévenu de l'arrivée d'un nouvel élève. Tu ne t'es pas trompé de classe ? »
« Non, je suis Nost Garner, monsieur. Regardez la liste. »
« … Effectivement. Bien, tu es en retard. Va t'asseoir. »
Docile, il obéit sous le regard circonspect de son enseignant.

A la pause, encore une fois, il s'approche de ses camardes pour participer aux discussions. Ses goûts ne sortent pas de la norme et il sait se montrer aimable, rapidement le courent passe.
« Ce midi, on va tous manger dans le parc puis faire un foot. Tu nous accompagnes ? »
Son sourire s'agrandit, enfin l'espoir illumine le couloir sombre de son présent. L'impatience le gagne. Même lorsque l'enseignant ignore royalement sa main levée, il ne perd pas sa bonne humeur. La sonnerie retentit enfin, il manque de renverser sa chaise tant il s'empresse de vouloir rejoindre le groupe de garçons qui l'a invité.

« Alors, où voulez-vous aller ? »
« Hein ? D'où tu t'incrustes comme ça ? »
« …. Mais… Vous m'avez proposé de... »
« Dans tes rêves ! Va t'acheter une vie ! »
« On ne sait même pas comment tu t'appelles »


Une rage silencieuse brûle au fond de lui alors qu'il les regard s'en aller en riant. Étouffée, sa voix raisonne dans le brouhaha ambiant.

-« Nost.. Nost Garner… Je m'appelle Nost Garner. ! »

L'incompréhension et la peur le gagne tandis qu'il mange seul, sous un coin du préau. A trop y réfléchir, sa tête se fait douloureuse au point de faire tanguer les murs, l'obligeant à vider le contenu de son estomac sur le sol. De retour en cours, ses doigts pianotent sur son bureau, tandis que les interrogations du professeur restent sans réponses. Tenter est vain, personne ne le remarque ici. Pourtant, lèvres serrées, sa main s'élève, encore une fois... Ignorée, encore une fois...

« Personne ne sait ? Allons, ce n'est pas difficile. Ré..
« La chute de la première météorite date de 1977. »
« .. C'est exact, mais tu aurais pu lever la main... Heu... »
« Nost Garner. »

Résolu, ses yeux se perdent dans ceux du professeur qui préfère reprendre sa leçon d'histoire. Si on l'ignore, il n'aura qu'à s'imposer, se passer de permissions et d'accord. Tant pis s'il est impossible d'avoir le moindre ami, tant pis s'il n'a nulle part sa place.


******


Sa main se pose sur son réveil, d'un pas décidé il rejoint la cuisine et commence à préparer le petit déjeuner. Ses parents descendent, puis s'installe à table, observant avec fierté leur enfant.

« Alors, Nost, tu travailles avec nous aujourd'hui ? »
« Oui. Papa, tu t'occupes de l'inventaire ce matin ? »
« Si tu veux, tu n'auras pas besoin de moi pour la réception ? »
« Ne t'en fais pas chéri, il n'y a jamais grand monde en matinée. Et tu auras surement terminé avant l'heure de pointe. »


Les choses vont mieux depuis qu'il a réorganisé le salon de ses parents. Maintenant, son père s'occupe de la réception et des déplacements, tandis que sa mère gère les coupes grâce à un fauteuil adapté à son handicap. Les horaires sont décalés et leur offre permet aux ouvriers de passer en vitesse se faire une coupe rapide pour être impeccable avant d'aller travailler. Les dettes ne sont toujours pas épongées, néanmoins ils arrivent à payer les échéances. Une fois diplômé, les choses s'amélioreront encore: il pourra veiller sur eux au quotidien, sans craindre que l'un ou l'autre ne se blesse. Au final, l'avenir n'est pas si sombre.

Alors que sa mère tend sa main pour attraper sa tasse de café, le jeune homme vient y glisser le bracelet qu'elle a oublié dans la salle de bain. Un cadeau d'anniversaire, payé avec sa première paye. Dans un sourire, la femme le remercie. Ensemble, ils ouvrent la boutique. Par habitude, son père se place derrière le comptoir, prêt à prendre son rôle de réceptionniste. Doucement, le jeune homme souffle en allumant les lumières.

« Papa, tu peux te charger de l’inventaire ? Peu de monde risque d’arriver avant huit heure trente. »
« Bien sûr, fiston. »

Quelques minutes plus tard, le garçon rejoint son père dans l'arrière-boutique, lui tendant la tablette oubliée sur le comptoir. L'homme rit, gêné puis pose une main sur les épaules de son fils.
« N'en fait pas trop, Nost. Tu as l'air épuisé en ce moment. »
Effectivement, le jeune homme le ressent lui aussi, la fatigue ne cesse de lui jouer de mauvais tour. Pourtant, son sourire rassurant semble l'apaiser.

De retour en salle, il voit sa mère se servir un café, alors que trois tasses sont déjà posées sur le comptoir. Fermant les yeux, il en prend une, devinant qu'elles lui sont destinées, puis vint s'installer dans un fauteuil.

« Maman, pourrais-tu refaire ma teinture s'il te plait ? Mes racines commencent à apparaître. »
« Bien sûr mon chéri. Ah... Quel dommage que tu gâches ton joli blond comme ça.. Tu sais, quand tu vas grandir, tu ne voudras plus de cette couleur blanche. »
« Je ne pense pas, j'aime cette couleur. Elle attire l'œil. »
« Un joli garçon comme toi n'a pas besoin de ce genre d'artifice pour attirer l'intention sur lui ! Alors dis-moi, de quelle jolie fille voudrais-tu attirer les regards ? »
Dans la glace, il la voit attraper une paire de ciseaux.
« Maman, c'est une teinture. Pas une coupe. »
« … Ho, je croyais que tu voulais que j'ajuste tes pointes... Tu sais, avec des cheveux si longs, ça ne fait pas très virile. Mais... Ne me dis pas… C'est les regards d'un homme que tu essaies d'attirer ? »
Ses mèches volent dans les aires sous le ciseau de sa mère. Doucement, il attrape son poignet, soufflant.
« Juste une teinture maman. »
« Mince ! Tu aurais dû me le dire plus tôt... ! .. Eh bien, il va falloir que je termine, tu as l'air ridicule avec ses quelques mèches longues. »
« Non merci. En fait, j'aime assez, c'est original. Je vais les garder comme ça. »
Par précaution il récupère la paire de ciseau et met la teinture dans les mains de sa mère.
« Tu es sérieux ? Quelle idée ! .. Ha ! J'y suis ! Tu essaies d'attirer l'attention de quelqu'un dans ton lycée ! Haha et de quelle jolie fille voudrais-tu obtenir les regards ? »
« Qu'est-ce que j'entends ? Mon garçon devient enfin un homme ? Il va falloir que tu nous la présente ! »

Son père vint de sortie de l'arrière-boutique et pose négligemment la tablette éteinte sur une table.
« Papa... Dis, avant que le monde n'arrive, tu pourrais t'occuper de l'inventaire ? Comme ça j'irais refaire les stocks cet après-midi. »
« Haha ! Regardez-qui essaie de se défiler, il ne faut pas être timide ! »
L'homme repart en riant. Doucement, son fils l'interpelle.
« Tu oublies la tablette, Papa. »
« La tablette ? Pourquoi faire ? »
« L'inventaire. »
« Bonne idée, fiston. Comme ça tu pourras faire le plein cet après-midi ! Mais... Où est cette tablette ? »
« A côté de toi, sur la table où sont les shampoings. »
« Ha oui, merci… Vous savez quoi ? Puisque j'ai la tablette en main, je vais m'occuper de l'inventaire avant qu'on ne soit débordé de clients.»
« Bonne idée mon chéri ! Tu penses vraiment à tout. Comme ça, Nost, tu pourras refaire le stocks cet après-midi. Qu'en dis-tu ? »
« Bien sûr maman, c'est une bonne idée. »

Sous les mains de sa mère, alors que son sourire reste figé sur ses lèvres, ses yeux brillent d'un désespoir mal contenu.


*****


Nouveau réveil, nouvelle journée qui commence. Nost prépare le repas du matin avant d'ouvrir le salon. Tandis que ses parents discutent joyeusement, ses yeux ne cessent de se focaliser sur la main couverte de coupures de sa mère. Encore une fois, elle a insisté pour lui préparer son repas du midi..
Il hésite à s'en aller, sans que ses parents ne comprennent la raison de ses craintes. Dernièrement, ils ont perdu la moitié de leur clientèle, parce que sa mère ne suivait pas les demandes de certains clients. Les factures s'accumulent, comme les dettes. La banque refuse de leur accorder un prêt supplémentaire et le jeune homme ignore comment il arrivera à terminer le mois.

A l'arrêt, le lycéen se jette devant le véhicule de transport scolaire, bras ouvert, l'obligeant à s'arrêter. Il monte sans prêter attention aux réprimandes du conducteur, s'asseyant sous les regards houleux. Du sang coule de son nez, qu'il essuie négligemment. Peut-être devrait-il consulter... Sauf qu'il doit économiser l'argent et si un médecin devrait venir chez eux, ce serait pour le comportement de plus en plus étrange de ses parents.

Aujourd'hui encore, il arrive en retard, qu'importe le professeur le note presque toujours absent. Nonchalamment, il s'apprête à regagner sa salle de cours...
« Et toi ! Le mec aux cheveux blanc ! Tu es en retard ! »
Sans prêter attention au délégué, le jeune homme continue son chemin, persuadé d'être rapidement mis de côté. Pourtant, une poigne l'agrippe brutalement pas les cheveux, le tirant en arrière.
« Fait pas mine de rien.. Nost, c'est ça ? C'est ton sixième retard cette semaine ! Et je ne te parle pas de tes absences, ni de ta manie de vouloir te jeter sous les roues du conducteur le matin... Pour un cancre comme toi, c'est direct dans le bureau du directeur. »

Parfois, le destin réserve des tours bien surprenant.

******

Les choses ont pris une tournure nouvelle . Sa seule solution, pour pouvoir rembourser la banque, a été de contacter quelque organisme illégal. Toutefois, le jour de payer la première échéance, les gangsters l'ont tout simplement fait circuler, sans lui laisser l'opportunité de s'expliquer. Jamais la facture ne lui fut réclamée, comme si eux aussi, au final, l'ignorait. Un geste qu'il ne comprend pas.

Les cours ne se passent plus de la même  façon, maintenant que ce délégué est sur son dos. Bien sûr, il le réprimande à chaque occasion, l'empoigne avec force, use parfois de brutalité à son égard lorsqu'il juge qu'il dépasse les bornes... Toutefois, cette marque d'attention, même négatif, est un véritable plaisir quotidien, qui l'encourage à maintenir son statut de cancre du dimanche. Sans, jamais il ne pourrait supporter la lente déchéance de sa famille. Pourvue que son année scolaire se termine vite, pour pouvoir être diplômé et reprendre le salon tout en veillant sur eux.

« Qu’est-ce que tu écris ? »
« Tu m’as volé ma tablette ?.. Et après, c’est moi le cancre. »
« Je sais que c’est toi qui a déclenché l’alarme incendie pour que les cours se terminent plus tôt, je cherchais des preuves.
C’est un roman, n’est-ce pas ? Tu as une plume agréable, j’aime beaucoup le docteur Heiken. »

« … Tu l'as lu ? Décidément... Tu sais ce que c’est, l’intimité ? »
« Les cancres ne méritent aucune intimité.
Tu en as déjà parlé à un éditeur ? »

« … »
« Je suis sérieux. Pourquoi tu n’essaies pas ? Tu as du talent. Tu peux au moins le mettre à la disposition de tous, le garder égoïstement est un acte criminel. »
« J’écris pour coucher certaines de mes pensées, pas pour être lu et surtout pas par toi. Je te rappelle que je veux devenir coiffeur, pas écrivain. »
« Pourtant, tu sèches tes cours sans vergogne. On voit bien que tu ne veux pas réellement devenir coiffeur.»
« … »
« Je ne te comprend vraiment pas. Enfin... Tu peux toujours les publier sur ton temps libre. Ne garde pas ce talent pour toi. »
« Cela ne te concerne pas. Tu ne sais même pas ce que tu veux faire toi, après ton diplôme. »
« Quel sale caractère ! Bien, de toute manière je les ai mis en ligne, je savais que tu refuserais. »
« …. Quoi ?! Non mais… »
« Eraser. »
« Pardon ? »
« C’est ce que je veux être.
Je veux protéger Madison des evolves. Empêcher un nouveau Noël rouge.  Faire en sorte que des personnes, comme tes parents et toi, ne voient pas leur vie détruite à cause de ces créatures incontrôlables. Plus jamais je ne veux assister impuissant à ce genre de scène. »  


Pensif, Nost regard son camarade s’en aller, s’interrogeant... Ces paroles, sa démarche... C’est exactement le sentiment qui le prend, chaque fois qu’il se souvient de ce jour désastreux.

******

Après s'être promené dans les rues, à moitié nus, cherchant en vain le chemin de leur maison, ses parents ont été emmenés dans un hôpital psychiatrique.
Sans surprise, il a dû passer de nouveaux tests. Pour vérifier s'il n'était pas à l'origine de ce mal mystérieux. Ce qui ne le change pas des dépistages anti-evolve qui ont marqué sa scolarité. Et comme à chaque fois, aucun résultat ne lui est communiqué.  Toutefois, il ne s'en formalise pas : s'il avait été positif, on serait venu l’arrêter pour lui implanter une puce. Vu leur importance de ces tests, ils ne risquaient pas de l'oublier, n'est-ce pas ?

Pour payer les frais, le salon familial, comme la maison, ont été revendu. Une situation qu'il a eue le temps de voir arriver, avant de contacter les autorités compétentes. Du haut de ses 18 ans, il n'est plus un enfant à présent. Son diplôme fraîchement obtenu finit dans un coin de ses affaires, rangé en compagnie du vœu inassouvi de travailler avec ses parents. Quand une porte se ferme, une fenêtre s'ouvre. Fort de cette liberté tristement acquise, pour la première fois il peut choisir sa voie et décide de devenir Eraser.

**********************

Suivre sa formation, payer son loyer, acheter de quoi vivre.. Tout cela l'oblige à prendre des jobs à mi-temps, ingrats et peu rémunérés. L'occasion de revoir son ancien délégué ne se présente pas, aussi il cesse rapidement ses activités de cancres.

Son corps se développe sous les exercices éprouvants, tandis qu'il emmagasine de nouvelles connaissances sur les evolve. Doucement, sa vision s'adoucit, finalement ces créatures sont peut-être les premières victimes de leur état. Un raisonnement plutôt paradoxal, quand ses enseignants lui apprennent avant tout à n'éprouver aucune pitié pour ces êtres dangereux.

Ses meilleures performances, consignées avec soins dans son dossier de suivi, se déroulent dans les épreuves au corps à corps. Sa discrétion naturelle le rend redoutable lorsqu'il s'agit de neutraliser rapidement une cible.

Parmi ses camardes, nombreux sont ceux à avoir traversé des épreuves similaires aux siennes. Cela lui permet d'avoir enfin un cercle d'amis... Qui rapidement s'illustra par un manque de concentration, une maladresse épouvantable et des aptitudes mémorielles affligeantes. Peu importe qu'il les aide à préparer leurs cours, une fois confrontés à leur examen, ses amis ne surent donner les bonnes réponses. Même en préparant avec eux leurs devoirs, ils les oublièrent dans leur chambre.

Lorsque leur emploie du temps se retrouvait modifié, même en allant les voir en personne pour leur transmettre l'information, ils parvenaient à se tromper. Plus il s'entêta pour endiguer les vagues de panne d'oreiller, à aller les réveiller, plus ils arrivèrent en cours..

Plus d'une fois ils furent coupables d'erreurs graves, telle qu'égarer leurs armes ou laisser ouvertes des salles d'équipements. Si bien que Nost, pour compenser ce côté tête en l'air de ses compagnons, développa son sens de l'observation, pour se souvenir à leur place. Vérifiant leurs actions, cherchant avec eux les objets égarés, notant les endroits où, pendant leurs conversations, ils les déposaient ..

Sans doute à cause des comportements inappropriés de ses amis, le jeune homme, même sans attirer l'attention, fut vite qualifié de bon élément, sérieux et dévoué à la cause. Ce qui lui permit d'obtenir une place parmi les eraser.


******************

La réalité du terrain dépassa de loin la théorie. Chaque jour, il risquait sa vie en affrontant des être redoutables, aux pouvoirs inimaginables.. Et plus d'un de ses camarades ne s'en sorti pas indemne. Quelques uns revinrent à moitié transformés en arme, plus proche de l'objet que de l'être humain. D'autres succombèrent aux sirènes de la tentation, acceptant de recevoir un dérivé du génome responsable de ces malheurs. Combattre le feu, par le feu… Au final, cela doublait seulement le nombre d'élément imprévisible à contrôler.

Sans être particulièrement cruel, ni violent, le jeune homme ne se montra jamais complaisant avec ces dégénérés. Ne pas être responsable de leur état n'excusait en rien leur crime: seul les victimes sont en droit d'être pleins. Et encore, cela ne fait pas partie de son travail.

Confronté aux épreuves quotidiennes, il réalisa le manque de moyens de ses pairs. Certes, leurs armes sont redoutables, mais ils affrontent des monstres de la nature, rarement pucés. Qui disparaissent souvent dans la nature après leur ravage. Sans parler des manifestations en faveur de ses créatures vaguement humaines. Comment pouvait-on défendre leur droit au détriment de celui de leurs victimes ?

*******

Puisqu’il excella dans l’art du corps à corps, on lui attribua une partenaire particulièrement douée avec les armes à feux. La demoiselle en question n’avait de femme que le nom ! Un caractère bien trempé, pas pudique pour deux sous, leur rencontre fut explosive, littéralement.

«  Tu as fait exploser le baril d’essence ! »
« Et ? ça a amoché la cible, on a pu la capturer facilement grâce à ça. »
« J’étais juste à côté, j’aurais pu mourir ! Tu es aveugle ou quoi ? »
« Pff, c’est ta faute aussi, t’es tellement insignifiant que je ne t’ai pas remarqué. On devrait te mettre une cloche autour du cou ! »
« … ! La cible était là, je me bats au corps à corps, tu croyais que j’étais où ? C’est trop te demander de réfléchir cinq secondes avant de tirer ? »
« De quoi tu te pleins ? Tu as juste quelques égratignures, ne fait pas ta chialeuse ! »
«  Ma.. Tu les veux les égratignures ? Viens là deux secondes, on va voir si tu trouves que ce n’est rien ! »

*******

« Ouais, je l’ai touché ! En plein dans la jambe !! T’as vu ça, blanchette ? »
«  Je l’ai vu, oui.. Puisque tu m’as touché aussi ! En plein dans l’épaule ! Tu ne sais pas viser ou quoi ? Et mon nom, c’est NOST ! »
«  C’est de ta faute, à te coller comme ça à nos cibles.. T’es en manques ou quoi ? »
«  Je suis un combattant au corps à corps. Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans ce terme ? »
«   Mouais bah moi je voulais un snipper pour faire équipe. Pas une espèce de tâche qui disparait tout le temps ! »
«  Moi j’ai demandé un appât comme partenaire, pas une folle disjonctée qui tire sur tout ce qui bouge ! »

*****

« Ne bouge pas, je vais retirer le morceau de métal. Attention, ça va être douloureux. »
« Tu me prends pour qui ? Ce n'est pas parce que je suis une femme que je suis une mauviette, ce n'est paAAaAHH !! … Bordel… Pourquoi tu me soignes d'abord ? On s'est amoché des dizaines de fois sans que tu t'amuses à jouer les infirmiers. »
« Ce n'est pas moi qui t'ai blessé cette fois-ci. Je suis ton soutien, mon rôle est d'empêcher ces dégénérés de t'atteindre… Pourquoi tu ne l'as pas abattu avant qu'il ne jette ses espèces d'épine ? »
« …. Je ne retrouve plus mes chargeurs. Puis ne me fais pas rire avec cette histoire de soutient ! »
« Pourtant, c'est ce que je suis. J'occupe notre cible au corps à corps pendant que toi tu ajustes ton tir et l'abats avant qu'il ne fasse trop de dégâts en ville. »
« .. Pour ça il faudrait que t'attire l'attention de la cible ! Franchement, tu disparais tout le temps... Là j'ai cru qu'il allait s'enfuir quand t'es apparu de nulle part pour lui régler son compte. C'est flippant ! »
« …. »
« .. Ouais… Tu sais, on t'oublie vite... Même moi le matin, je me réveille et je crois que je suis encore en solo. Puis je déchante en me rappelant que je vais devoir encore me coltiner blanchette ! » « … »
« … C'est pour ça que t'es tombé sur moi, tu sais... Personne ne veut faire équipe avec moi depuis que j'ai accidentellement buté mon ancien partenaire. »
« … »
« Reste pas comme une carpe ! Dis quelque chose ! »
« Qu'est-ce que tu veux que je disse ? »
« J'en sais rien ! … Que… Que tu vas demander pour en changer ? On t'a juste oublié au moment des distributions, sinon un bon élément comme toi ne serait jamais tombé sur moi. Si tu vas voir les chefs, ils accepteront de t'attribuer quelqu'un d'autre. Qui vise mieux. Qui est plus calme... »
« Pourquoi changer ? Jusqu'à présent, toutes nos missions ont été des réussites. Et tu n'es pas la seule à avoir eu plusieurs partenaires. Tu es ma cinquième, les autres accomplissaient leurs missions en me laissant de côté. Alors peut-être est-ce parce que ça t'énerve que ce soit tombé sur moi, mais au moins tu ne pars jamais en chasse seule. »
« C'est vrai que t'es bizarre comme type. Pas seulement parce que tu joues les fantômes... Mais tu saignes n'importe quand sans raison, des fois tu t'écroules pour rien... Puis tu vomis souvent. T'as déjà consulté un toubib ? Parce que tu dois couver quelque chose. »
« … J'ai terminé. Rentrons, on doit l'enfermer avant qu'il ne revienne à lui. »

*****

« Qu’est ce qui s’est passé ? »
« … »
« Bordel, répond moi blanchette ! Tu viens de tuer sa gosse sous ses yeux, ce type devrait nous en vouloir à mort ! Pourquoi il est persuadé d’en être le responsable ? »
« … »
« Put… Tu vas me répondre, oui ?! Je te préviens, sinon je te.. Hey ?! Pourquoi tu t’es mangé le mur ?... Nan… Tu n’y vois rien... »
« … Laisse-moi. »
« … Hors de question, tu vas finir défiguré sinon !»
« … »
« … C’est toi pas vrai ? C’est toi qui a fait ça. »
« … »
« … Ça fait un moment que j’y pense. A tes soucis de santé... Le fait que presque personne ne se souvient de toi... Et ceux qui y arrivent, comme moi, on oubli des tas de truc à côté. »
« … »
« T’es l’un des leurs pas vrais ? … Mer.. Tu me mets dans un sacré foutoir, là, blanchette ! »
« Je n’en sais rien. Je... Je ne sais pas. »
« A qui tu veux faire croire ça ? Si même moi j’ai pu capter que t’en es un, c’est que tu dois le savoir depuis un petit bout de temps. C’est juste que tu ne veux pas l’avouer. »
« … Tu as raison. Je me voilais la face. Si je l’avais réalisé plus tôt, j’aurais pu... Vas-y. Fais-le. »
« Quoi ? Pourquoi tu me tends tes poign.. Hey ! Nan, hors de question que je t’arrête, t’es mon partenaire ! »
« C’est ton rôle. C’est pour ça que tu t’es engagé. Pour neutraliser les evolves. »
« .. Dis pas ça. J’ai trop galéré pour avoir un partenaire un peu près potable, je ne vais pas le dénoncer ! Tu imagines sinon quelle serait ma réputation ? Le premier je le butte, le second je l’enferme... Puis tu n’es pas une grande menace, quoi tu vas effacer deux trois souvenirs à des branquignoles ? La belle affaire, qui s’en préoccupe ? Puis personne ne le saura, avec ta capacité ! »
« Bien. Je vais passer le test. Je serais fixé comme ça. »
« Quoi ? Mais t’a perdu la tête ma parole ! Il n’est même pas fiable ce test ! »
« On sait tous les deux se que je suis. Je dois être pucé et contrôlé, c’est la loi et c’est pour le bien de tous. Si tu refuses de t’en charger, je m’en occuperais moi-même. »
« Le bien de tous ? Et le mien, de bien, t’y a pensé ? Ne me fais pas ça Nost ! On est une équipe ! Bordel je t’ai supporté toutes ces années, ce n’est pas pour que tu me laisse tomber au premier pépin ! »
« Mais je pense à toi ! A qui tu crois que ses deux-trois souvenirs vont être pris ? Est-ce que tu sais ce que tu as mangé ce matin ? Ou le dernier film que tu as été voir ? Qui sait combien de souvenir je t’ai déjà volé ! »
« Mais je m’en balance de mes souvenirs ! Pour ce qu’ils sont… Ecoute, les seuls qui sont agréables, c’est ceux que j’ai passé avec toi, en mission. Alors je m’en moque, moi, si les autres ils disparaissent. Puis on en créera des nouveaux, ensemble... S’il te plait… Je vais te butter pour m’obliger à te le dire… On est une sorte de famille alors... alors ne me laisse pas.. ! »
« … »
« Nost !! Je.. »
« Tu n’as jamais pris de vacance, n’est-ce pas ? Allons-nous-en une semaine, dans un coin reculé. Juste nous deux. »
« Hein ? T’es sérieux ? ...Si c’est le seul moyen pour que tu restes... »

*****

Sept jours, passé à se détendre, du moins à leur manière. Loin de leur problème, loin de tout. Une semaine au goût de paradis, simple, sans qu’aucun n’ai besoin de se voiler la face. Quelques randonnées, des soirées au bord de l’eau, à parler de tout et de rien, avec des fous rires et des cris, quelques coups aussi, cela fait partie de leur relation.

Seulement... Jamais personne n’avait passé autant de temps seul avec l’evolve. Et comme il s’y était attendu, quand les vacances prirent fin, après une nuit de séparation.

« Alors, chef, tu m’as trouvé un partenaire ? »
« Tu n’en avais pas déjà un ? »
« Quoi ? Et ce serait qui ? La belle au bois dormant ? Ne te moque pas, j’ai jamais eu de partenaire ! »


Un sourire sur le visage, le jeune homme se rend à l’hôpital, passer quelques tests pour les saignements qu’il ne cesse de subir. Il insiste pour venir chercher les résultats lui-même. Sans surprise, sur le papier il découvre sa véritable nature et la signale lui-même, s'assurant que cette fois-ci, ces oublies ne lui permettront pas d'échapper à son sort. Les médecins, avec toute la ‘’gentillesse’’ de rigueur lui implante la puce qui le condamne à une vie sous surveillance.

*****

Eraser n'est plus pour lui, cela ne fait pas partie des métiers que les evolves peuvent exercer. Pour continuer à vivre avec cette nouvelle étiquette, il dû envoyer des centaines de CV, à tous les postes disponibles pour ceux de sa condition. Peu importe où il se retrouvera, cela n'a aucune importance, ce métier servira seulement à se nourrir. Non, son ambition n'a absolument pas changé : empêcher la menace evolve de nuire.

Devenir l'un des monstres qu'il combattait n'a fait que le confronter dans ses décisions, puisqu'il est parfaitement placé pour réaliser l'horreur de sa nature. A défaut de pouvoir continuer à les affronter... Il ne lui reste qu'à les dénoncer, à se battre pour que chacun reconnaisse leur potentiel danger et établisse des lois strictes pour restreindre le risque d'accident. Comme l'obligation de dépistage régulier pour toute la population. La sensibilisation du public pour leur permettre de réaliser dans leur entourage les evolves en devenir et les dénoncer avant que des catastrophes n'arrivent. Donner plus de moyens pour que les erasers puissent mieux faire leur travail. Enlever le droit aux evolve de manifester pour leur cause. Leur imposer des métiers adaptés à leur capacité. Les interdire de se rendre sur les places publiques très fréquentés...

Sans surprise, c'est donc vers le MRE qu'il a porté toutes ses espérances. Être accepté n'a pas été simple. Déjà parce que sa demande d'admission a eu du mal à être prise au sérieux, justement à cause de son statut. Quel evolve chercherait à se battre pour perdre les pauvres droits dont il jouit... ? Il a dû faire ses preuves, montrer son dévouement, pour les persuader que oui, un evolve peut être suffisamment lucide pour réaliser le danger qu'il représente et vouloir protéger la population de sa présence néfaste.

Peut-être est-ce son passé en tant qu’Eraser qui lui a permis qu’on lui laisse une chance. Ou bien son histoire pathétique, d’avoir dévoré la mémoire de ses parents jusqu’à les conduire à l’asyle.. A moins bien sûr, qu’ils n’ont trouvé ça avantageux pour leur image, d’avoir un evolve dans leur rang pour montrer qu’ils ne sont pas que des monstres assoiffés de sang au génome évolué. Ou simplement ils ont fini par en avoir marre de le voir revenir sans cesse à la charge.. Qui sait au fond ?
Dans tous les cas, il a fini, tant bien que mal, par obtenir cette chance d'être un membre du parti.

Concernant son travail, le premier à lui répondre fut pour lui proposer un rôle de pigiste. Un petit journal cherchait un article intéressant et avait trouvé son essai à leur goût. Ne pas avoir à faire à un professionnel leur permettait de le payer une misère sans qu’il ne s’en plaigne et cela joua pour beaucoup dans leur décision. Evidemment, cela se résuma à des taches sans grand intérêt, toutefois le travail ne lui déplut pas.

******
******

Après dix ans sans subir son poison amnésique, faute de pouvoir recevoir sa visite, ses parents ont pu reconstituer leur mémoire avec de nouveau souvenir. Suffisamment du moins pour leur permettre de reprendre pas à pas leur vie en mains, malgré la souffrance de ne plus pouvoir revoir leur enfant.

Nost est un journaliste indépendant, qui propose divers articles à plusieurs journaux pour gagner sa vie. Polyvalent, composant sur tout type de supports avec son propre matériel grâce à ses compétences en matière d'informatique, sa faible expérience, inférieur à une année, ne lui permet pas encore de pouvoir s'octroyer les faveurs d'une seule enseigne. Aussi, il est en permanence à la recherche de nouveaux sujets à croquer.

Membre actif du MRE depuis également moins d'un an, il y dédie ses temps libres, voir parfois y sacrifie volontiers des heures censées être consacrées à son métier. Son plus grand rêve, si on oublie la possibilité de pouvoir un jour redevenir pleinement humain, ou l'éradication des evolves, est de voir son parti développer un journal d'information et y participer pour que leur voix puisse retentir à tous les coins de Madison.

Par contre... après presque dix ans de service comme Eraser, il ne peut s'empêcher de vouloir protéger la population de ses semblables. Incapable de se contrôler, sa puce s'active régulièrement et il n'est pas rare qu'il croise ses anciens collègues, au cours de quelques confrontations.
Pseudo × Alec
Âge × 25 ans

Comment as-tu connu le forum × En traquant un cavalier noir
Un p'tit commentaire × Bon courage ?
Revenir en haut Aller en bas
eraser
avatar
Nora Stampton
eraser
01.11.17 11:32
Nora Stampton
Bienvenue o/ [je fais ça de façon officielle, quand même ~]

Encore un perso qui me plait ! Bon courage pour la validation et au plaisir de te croiser in rp ~


"The anger.
It controls
Can't hold it in
Throat is swollen, chest tightens
Can't let it pull me down
I refuse"

©Akirakirai


Merci pour la glace Shane ~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
avatar
Jesse McMillan
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
02.11.17 21:02
Jesse McMillan
COUCOU. N'AI PAS PEUR DE LA LONGUEUR DE LA CORRECTION STP.  
Je précise directement quelque chose : je tape cette réponse ne lisant ta fiche en même temps, donc je pose parfois des questions auxquelles je répond directement plus bas xD. J'espère ne pas trop te perturber avec ça .

Bon, déjà, de un, j'aime le pouvoir (Parce que ça ressemble un peu au Silence dans DW et DW FTW ). J'aurai juste quelques questions (en dehors du "la monstruosité qui serpent" qui a perdu sa conjugaison). Le pouvoir est-il actif tout le temps ? Si c'est le cas, je pense qu'on peut envisager le fait qu'une atrophie de sens définitive se soit déjà amorcée (après tout, la règle ici est un peu "plus tu l'utilises, plus tu es affecté").

En dehors de ça, les effets secondaires me paraissent être cohérents avec le pouvoir ; après tout, on peut décemment associer ça à un "oublie" du corps par rapport au fonctionnement d'un sens (on a bien le syndrome du membre fantôme, donc pourquoi pas l'inverse, hein). (Hésitez pas à m'arrêter quand je divague un peu trop loin).

Je passe rapidement sur le mental et le physique ; pas d'anomalies ni de Gary-Stu, on reste dans un profil assez "normal" (dans la mesure du possible), donc tout fonctionne parfaitement. Quelques fautes qui trainent, mais pardonnables vu la longueur de la fiche.

Je tiens cependant à préciser que Madison est aux Etats-Unis, donc la notion de "bac professionnel", typiquement française, ne colle pas vraiment. Sachant que les Etats-Unis n'ont pas d'équivalent pour le bac professionnel... Ceci dit, un High-School Degree fonctionne très bien (enfin, selon la filière je pense). Me semble aussi qu'ils peuvent avoir des options professionnelles au lycée (enfin, je dis ça, la seule chose que j'en sais ça vient des séries où on les voir faire de la menuiserie, pour être honnête. #JeSorsJeSais).

Par contre, je suis un peu perdue en lisant l'histoire ; d'après le pouvoir, j'avais compris que les gens l'oubliaient lui. Dans ton histoire, si j'ai bien suivi, j'ai plutôt l'impression que c'est la mémoire de ses parents qui disparait petit à petit (les oublis fréquents, l'impossibilité de suivre la conversation, etc).

De plus, les tests sanguins ont été plutôt popularisés dans les écoles pour pouvoir dépister les evolves, donc il est plutôt étonnant qu'il soit passé sous le radar... où alors il a été oublié (ce qui ne serait pas étonnant vu son pouvoir ; resterait juste à trouver une excuse crédible quant au non-signalement... encore que s'il est oublié immédiatement... ahah).

Noël rouge, c'est mignon, mais c'est Red Week. Ceci dit, ça peut être un des surnoms de la semaine, ça me dérange absolument pas XD.

Pour sa transition en eraser, je suis un peu pensive : son pouvoir ne s'est jamais déclenché pendant cette période ? C'est un peu trop commode, quand même... (Oui, je suis pointilleuse, fallait pas me laisser corriger les fiches éwè).

Ah, et pourquoi il va se faire tester avec un sourire ? O_o. Je pense que c'est une erreur xD.

Bref. Le seul point qui me gène réellement en fait et sur lequel c'est pas trop du chipotage, c'est le pouvoir : dans la description c'est son existence qu'il parvient à faire oublier, mais dans l'histoire, ce sont parfois les autres qui oublient des choses. Du coup, je suis mitigée : en temps normal, les deux pouvoirs seraient séparés parce que ça fait un peu... Trop. Donc pour que ça fonctionne, je te propose plusieurs trucs : tu peux augmenter les effets secondaires, limiter la portée du pouvoir et/ou son effet. Par exemple (tiens, d'ailleurs, petite parenthèse en fait, ça a l'air d'être exprimé dans la description que le pouvoir ronge les souvenirs des gens, mais à priori ça n'a l'air de concerner que les souvenirs qu'ils ont ensemble ? En lisant c'est ce que j'ai compris, donc peut-être que c'est juste mal exprimé). Donc oui, par exemple, les effets secondaires ne pourraient pas également concerner le physique ? Tout simplement son corps qui "oublie" comment faire fonctionner un organe (oui, je suis partisante des mini arrêts cardiaques ou cérébraux wsh) ou un membre du corps (coucou le coup de la panne au lit /sort/).

DONC. Voilà.
Dans l'ensemble c'était une fiche très agréable à lire (même si quelques fautes se baladent, rien qui ne m'a arraché les yeux), assez cohérente et assez plaisante. Juste quelques ajustements à faire ! J'ai hâte de voir qui va oublier ce garçon désormais °0°.

AH. Et il a jamais recroisé le délégué dans les entraînements erasers ? Et ses écrits, ils ont été appréciés sur le net ?! (Oui, je pose surtout des questions inutiles).

Revenir en haut Aller en bas
evolve
avatar
Nost Garner
evolve
03.11.17 0:23
Nost Garner
Bonsoir ♥️

Merci d'avoir pris le temps de lire ma fiche et de me faire un retour si constructif !

Donc non, la longueur ne me fait pas peur, quand cela apporte tant d'éléments pour m'améliorer ^ ^ Par contre tu m'excusera de la taille de ma réponse du coup ^^'

Désolé pour les fautes.. L’orthographe est ma bête noire, j'ai tenté de limiter au mieux.

Je vais regrouper un peu ma réponse, pour facilité la lecture :

POUVOIR :
A mon sens, le fait que les autres l'oublie était un effet indésirable, puisque ça fait de sa vie un enfer et rend difficile toute relation. Une sorte de côté passif, nuisible. L'activation du pouvoir se fait quand il y a suffisamment de matière à oublier (donc quand ses victimes ont suffisamment de souvenirs passés avec lui, ou des souvenirs suffisamment fort) et là, plus la matière se créer, plus elle est dévorée.

Ce qui est effacé sont ses souvenirs et se qui touche à lui, car la mémoire compense les perte de souvenir chez ses victimes, se qui fait qu'elles réalisent tardivement se qui leur manque.
Par exemple une scène à la cantine, ceux autour de lui ne le voit pas (leur cerveau oublie qu'il est là) mais son ami le déléguer, qui mange en sa compagnie le voit (il a trop de souvenir de lui pour l'oublier à courte terme). Du coup, se qui sera effacer ne sera pas juste l'image de Nost -
sinon il réaliserait le soucis et ne le supporterait pas - mangeant à table, mais le souvenir complet d'avoir été manger à la cafétéria.

En plus concret peut-être : sa mère oublie son bracelet à un moment : c'est le signe que le bijou est rattachée à l'enfant (cadeau qu'il lui a offert, ou qu'il a choisit avec elle), donc à force de perdre ses souvenirs qui y sont liées, elle perd le souvenir même de l'objet.
Même chose pour leur maison: il y a eu tant de souvenirs passé avec lui que forcément, à la longue, c'est la maison complète qu'ils ont oubliée.
Ou sa partenaire, qui au final l'oublie lui, mais son premier partenaire également, car l'un lui rappelle l'autre (dans leur conversation, elle refuse de l’arrêter, car à ses yeux il est sa seconde chance, puisque son premier est mort)
Ou se père de famille, dont le pouvoir de sa fille se réveil et que les erasers abattent, faute de choix. C'est Nost qui tue la petite. Le souvenir de cet eraser qui assassine son enfant, c'est un souvenir fort et percutant. En le perdant, pour ne pas perdre la tête, son cerveau compense et complète maladroitement ses souvenirs, guidé par sa culpabilité : il croit être le responsable de se meurtre.

Alors, du coup, ça ne touche pas que ses parents.
Ses camarades de classes l'oublient dès qu'il tente de nouer des liens. Ses professeurs ne l’interroge pas, car le souvenir de voir sa main levée ne s'inscrit pas dans leur cerveau. Ils le notent absent même quand il vient en cours..
Seulement, ça touche davantage ses parents, puisqu'il passe plus de temps avec eux : le matin il s'occupe de leur repas, quand il rentre de l'école, il les assiste aux mieux. Et plus il les colle, plus ils perdent de souvenirs. Plus ils perdent de souvenirs, plus ils les colles, c'est un cercle vicieux.
D'autant que Nost n'arrive pas à se faire des amis facilement, donc ne traîne pas avec eux et sèche souvent les cours. Donc a peu l'occasion de détruire leur souvenir.

Concernant ses parents, ils oublient se qui les relie à leur fils, pas le reste : dans la conversation sur l'inventaire, dès que c'est son père qui soumet l'idée, sa mère le retient et lui aussi. Tant que c'était Nost qui en parlait, ils n'enregistrait pas. C'est aussi pour ça que ses parents ne s'oublient pas l'un/l'autre, ils ont beaucoup de souvenirs de leur vie d'avant, qui eux ne risquent pas d'être atteint.

Mais.. ça ne me dérange pas d'augmenter ses effets secondaires, puisque j'ai beau appeler ça du passif, ça signifie tout de même qu'il fonctionne en continue. J'aime beaucoup l'idée que tu propose, car si j'avais pensé à, effectivement, un inverse du membre fantôme, je n'avais pas pousser ça aux organes internes. Un arrêt subit du cœur, de la respiration, des muscles... Pourquoi pas du cerveau aussi. ça peut être vraiment super en rp ♥️ (xd je retient la panne au lit ! )

Ce qui me gène un peu, c'est une atrophie permanente d'un unique sens. Si c'est possible, je préférais que ce soit une atrophie permanente d'un sens dont la cible changerait en fonction du temps (une semaine il est aveugle, ensuite sourd, ensuite "muet" - là ça en englobe trois - puis paralysé) pour que ce soit monotone en rp.. Et qu'il ne puisse pas s'y habituer (donc il ne pourrait pas développer de compensation par ses autres sens, ni même prévoir ces aléas).

ERASER - formation
Alors... Si si, son pouvoir continue à se faire sentir. Ses camarades de promotions ont pas mal de soucis à cause de ça : devoirs rendus en retard (du coup devoir préparer avec Nost), panne de réveil (quand Nost vint les chercher), ils se perdent en se rendant dans une nouvelle salle de cours (Nost qui leur communique le numéros de la nouvelle), oublie leur arme n'importe où (là encore, il suffit qu'ils aient une discussion animé avec l'evolve pour oublier qu'ils sont passer dans cette pièce .. et y ont laisser leur arme)

Si les professeurs semblent épargner, c'est parce que j'imagine que ça se basse sur un teste final, avec certains profs et du personnel extérieurs. Qu'un élève ne marque pas l'esprit ne choque pas, ça n’empêche qu'il peut réussir ses examens finaux correctement et avoir une bonne appréciations sur son dossiers. Même si les examinateurs l'oublie deux seconde après.


TEST SANGUIN

Alors, j'ai noté qu'il en passait un quand ses parents finissent à l'asile, mais le test est négatif (ils ne sont pas totalement fiable si je ne m'abuse ?)
Ceci dit, je n'avais pas compris qu'il y avait souvent des test pendants les études. Du coup, oui son pouvoir à put l'aider à s'en sortir (ils oublient qu'il est passer et attribue ses résultats à d'autres, quand ils n'oublient pas tout simplement de lui dir de venir à ses tests)... Et si tu veux, sur ses dernières années, son amis le délégué à put inverser un ou deux fois des étiquettes, en réalisant se qu'il était ?

Sinon xd pour le dernier, celui qui finit par le qualifier comme evolve, si si,il y va avec le sourire : il a compris se qu'il est, il s'est suffisamment mentit à lui même, il "s’accepte".. Du coup, ça le soulage de pouvoir mettre un nom derrière tout ça, de ne plus vivre dans la crainte et l’ignorance. Cela le soulage d'autant plus qu'il sait que comme ça, il a moins de chance de faire sombrer d'autres personnes dans un état similaire à celui de ses parents.



ETUDE :
Je t’avouerais que.. je ne savais pas trop comment se passe les études à Madison. Déjà parce que je ne connais pas vraiment le système américain, mais qu'en plus c'est dans le futur ^^
Donc.. si c'est possible sinon, qu'il suive ses cours et apprends le métier avec ses parents hors des heures de cours? (soirs et weekend, ainsi que lorsqu'il sèche ? ) et avoir une option professionnel sur le domaine de la coiffure ?

PETIT PLUS :
xd alors j'imagine que Madison est une très grande ville, donc ils n'ont pas qu'un centre de formation pour Eraser. Et comme le délégué, lui, savait où il voulait aller, il a surement postuler et était accepté dans un centre de réputation. Tandis que Nost qui s'en est chargé à la dernière minute, a était où il pouvait (surtout avec son dossier xd )
Mais si tu me dis qu'il n'y a qu'un centre de formation, dans ce cas je modifirais ça puisque du coup, ils s'y seraient forcément croisés ^ ^

Pour ses écrits, je pense que oui, ils ont été appréciés, mais ça n'a jamais été plus loin que la fanfic si j'ose dire ^^ Une petite communauté qui n'auras jamais eu la suite de ses histoires ~


RESUME :
pour le moment, je n'ai rien modifier, je veux d'abord voir avec toi si ça concorde.

- Pouvoir : j'ajoute l'oublie de son corps niveau organe et un sens variable atteint en continue.
Je précise que se sont les souvenirs de Nost, ou de se qui se rattache à Nost, qui sont supprimés.

- formation eraser: je décris davantage les soucis rencontrer par ses camarades et s'il n'y a qu'un centre de formation, j'y ajoute le délégué (un de plus sur la liste des oublieurs ~)

- test sanguin : j'en ajoute des régulier, avec la précisions qu'on attribue ses résultats à d'autres, qu'on oublie de lui demander de participer, que le délégué inverse les étiquettes pour le protéger

- Etude : je modifie ça, en enlevant le côté lycée pro, pour mettre qu'il travail en dehors des cours auprès de ses parents.

Voilà, je te souhaite.. une bonne nuit et désolé pour les fautes qui vue l'heure doivent pulluler ^^'






Revenir en haut Aller en bas
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
avatar
Jesse McMillan
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
03.11.17 19:18
Jesse McMillan
Alors ♥️

Pour ton pouvoir, effectivement, c'est plus compréhensible expliqué ainsi ; le fait que son pouvoir ne touche que les souvenirs qui rattachent quelqu'un à lui, qu'il s'agisse de sa propre présence ou des objets associés à lui. Dans ce cas là, j'accepte le pouvoir - bien sur, en conservant les effets secondaires dont on a parlé. Je suis ok pour une atropie temporaire de sens, c'est plutôt sympa dans le sens où il ne sait pas à quoi s'attendre et ne peut donc pas prévoir son quotidien.

Avec l'explication du pouvoir, la formation est plus cohérente, ça passe mieux, du coup ça me convient également. Pour les tests sanguins, les tests ne sont pas fiables à 100%, mais uniquement dans le cas où le pouvoir est dormant et ne s'est donc jamais activé. Dans son cas, le test sera positif (mais comme il sera oublié juste après, je ne pense pas que ça change grand chose). Il passe sous le radar, on va dire, même si dans ce cas il ne peut pas aller visiter ses parents (j'ignore s'il le fait, mais bon) : en gros, il sera noté dans leur dossier que leur fils est evolve. S'il se présente pour les visiter, l'alerte s'affichera. Comme tu l'as marqué, les machines n'ont pas la possibilité de l'oublier. Garde donc ça en tête : il est théoriquement fiché, même s'il n'est pas pucé. En temps normal, il n'aurait pas pu intégrer les rangs des evolves à vrai dire : le fait qu'il soit oublié grâce à son pouvoir est à vrai dire la seule chose qui lui permette d'y entrer.


Pour les études, c'est ok de cette manière, donc rien à dire.

Pour le délégué et tout, il n'y a effectivement qu'un seul centre de formation, mais plusieurs unités, donc ils ont probablement pu ne jamais se croiser, ça ne serait pas forcément dérangeant : sachant que la formation est dispensée à tous les aspirants mais que ceux ne parvenant pas à entrer chez les evolves sont répartis dans les autres domaines de la sécurité (sécurité publique, cyberpolice, etc).

Voilà voilà, bonne soirée !
Et les fautes c'est rien, tout le monde en fait
Revenir en haut Aller en bas
evolve
avatar
Nost Garner
evolve
06.11.17 11:56
Nost Garner
Merci pour ta réponse, mine de rien il y a certaines choses que je n'avais pas bien compris, concernant les evolves et les erasers.


Voici les changements opérées :  (je te le mets en spoil ici, pour que ce soit plus simple et que ça ne t'oblige pas à tout relire  ^ ^ )

Pouvoir:
 

Etude:
 

histoire - pouvoirs (effets) :
 

test sanguins:
 

S'il y a d'autres choses à changer, je t'écoutes ^ ^
Revenir en haut Aller en bas
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
avatar
Jesse McMillan
burn the bitch down, I never will cross that bridge again
06.11.17 20:29
Jesse McMillan
Coucou !
Alors, un dernier rappel : Le mot permanent signifie "tout le temps" ou "définitif". Il s'oppose à provisoire, temporaire (cf wikipedia). Donc je pense que tu recherches plutôt temporaire dans tes différentes descriptions, ahah.


"Cet effet, déjà difficile, se complète d'une atrophie aléatoire et permanente d'un sens. Vous connaissez le syndrome du membre fantôme ? Quand quelqu'un perd un bras et qu'il continue pourtant à ressentir des sensations.. Et bien, c'est exactement l'inverse. Le "membre" atteint peut être le cristallin (de ses yeux), le nerf auditif, le nerf olfactive, ses papilles et son derme. Une fois atteint, il est incapable d'en percevoir quoi que ce soit. Le sens atrophié, rendu inutilisable, change aléatoirement et le reste pour une durée variable. Donc, il lui est impossible de savoir quel sens va être atteint, ni pour combien de temps. Puisqu'il y a un changement continue de cible, aucun de ses sens ne s'est mieux développé pour combler cette perte permanente."

Voilà voilà, change ça et ça sera tout bon et tu aura ton joli rouge ♥️

[Quand c'est changé, considère toi comme validé, je te mettrais ta couleur et ton rang plus tard (si un de mes chers amours du staff ne le fait pas avant) ♥️]
Revenir en haut Aller en bas
evolve
avatar
Nost Garner
evolve
06.11.17 21:16
Nost Garner
Permanent, oui, puisque l'atrophie est valable de tout temps ; le fait de perdre un de ses sens est définitif, puisque seul le sens ciblé varie en fonction du temps.
Je voulais par cette effet mettre en valeur le fait qu'il soit atteint en continue de ce mal ^^'

Mais pas de soucis, si c'est plus claire comme ça, j'ai opté pour temporaire du coup ^ ^

Merci en tout cas pour le temps passé sur ma fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c h r o n i c l e s :: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis-
Sauter vers: