[PÉRIPÉTIE N°1 - GROUPE N°7 : ELLANA SASKIA ENOCH] # Cinéma

Malus
avatar
PNJ

Mer 18 Sep - 21:53

Salle de cinéma n°9.
Mois : Février 2013.

Un soleil magnifique, une température convenable, un temps plus que parfait pour aller s’enfermer dans une sombre salle de cinéma ! La projection commence, le film est sérieux et bien réalisé. Les évènements sont rudement bien menés du début à la fin. Et cette 3D. Tout simplement époustouflante ! Tiens par exemple, ce lion au premier plan, quelle finesse, quels détails ! Il a beau se trainer par terre, on ne pourrait rêver plus réaliste ! Et puis soudainement, vous prenez conscience qu’un lion n’a pas grand-chose à faire dans une telle scène… Pourtant, personne dans la salle ne panique, en particulier la première rangée qui s’est… Endormie ? Depuis que le lion a baillé ? Est-ce normal ? À vous de le découvrir ![/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Enoch Livingston
avatar
Humain
♦ age : 26

Feuille de personnage
Objets Possédés:
Points de Vie: +10
Points de Force: +0

Ven 20 Sep - 21:49

Forget about tomorrow, tomorrow is today
You were born a lion and a lion you will stay ♫

Le soleil lui brûle les yeux, la chaleur lui assèche la gorge, et à cause des travaux en bas de son immeuble, impossible de végéter sur le tapis tout l'après-midi comme une loutre fatiguée. Pour remédier au désagréable sentiment que le monde entier s'était ligué contre lui aujourd'hui, Enoch se laissa dès lors tenter par la promesse d'une salle noire et fraîche, peu fréquentée sinon déserte, et par un long film bien intellectuel, loin du teenage movie crétin ou du thriller à l'intrigue bâclée. Ses lunettes mates visées sur le bout du nez, le fantôme s'était arrangé pour se retrouver seul sur sa rangée mais, au fur et à mesure que la salle se remplissait, il abandonna cette idée -seul son appartement aurait pu lui fournir cette solitude qu'il appréciait tant- car il faut croire que tout le monde s'était donné le mot ce jour-là. Avouons que la pellicule était à la hauteur des espérances et prenons cela comme une explication à la populace qui s'était regroupée pour cette séance. Le gosse, calé entre un jeune couple et un retraité cinéphile, suivait avec attention les péripéties de ce monsieur machin perdu à bidule-land pour y retrouver la dame truc et sauver chose de la déréliction. Il dut néanmoins se frotter les yeux à plusieurs reprises en apercevant, en bas à droite de l'écran, une silhouette fauve prendre ses aises tandis que l'image montrait un navire en plein océan. Une fois, deux fois, il retira ses lunettes 3D, constatant que cette masse étrange ne devenait pas floue, contrairement au film, et qu'elle se détachait même du panneau blanc.
Puis il se liquéfia sur place.

Les ongles plantés dans le feutre rouge de son fauteuil, le fantôme se sentit fondre et couler jusqu'au sol à la seconde où il comprit que cette anomalie était en réalité un lion, un véritable lion, avachi sur l'estrade, à quelques mètres des premiers spectateurs. Pourtant, personne ne semblait broncher. Il tourna la tête à gauche, à droite, mais ses voisins observaient toujours, immobiles, les images défiler à l'écran. « Monsieur ? » chuchota Enoch à l'adresse du vieillard. Il s'y reprit à trois fois pour capter son attention mais ne s'offusqua pas du regard noir qu'il reçut en échange. « Il faudrait partir discrètement, il y a un -gloups- lion juste devant l'écran... » Le papy souffla, rouspéta, haussa les épaules. Il scruta finalement l'image sans ses binocles et, la minute d'après, son visage entier se décomposa de frayeur, la moustache frémissante. D'un bond, il se releva avant de se mettre à agiter les bras en criant : « Sortez tous ! Il y a un lion dans la salle, vite !! » Ses hurlements ne rencontrèrent d'abord qu'un mur de stupéfaction et quelques rires. Cependant, il y eut bientôt d'autres échos lorsque certains spectateurs découvrirent à leur tour la présence de l'animal. Seul la rangée du devant pionçait paisiblement.

Un vent de panique s'empara de la salle à cet instant. Tous ceux qui étaient en état de le faire se levèrent et se dirigèrent vers les portes de sortie à grand renfort de bousculade. Enoch glissa au pied de son siège et s'y cacha en espérant que le roi des animaux ne se satisferait pas d'un spectre maigrichon ; de toute manière, celui-ci se contenta de regarder toute cette agitation, s'étira, bâilla de nouveau, et se rallongea alors que, çà et là, quelques personnes s'effondraient, inconscientes.
signature


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Mer 25 Sep - 11:07

Elle remit tout dans le congélateur.  Le dessus de sa main passa sur son front pour en revenir moite.  Elle ne pouvait continuer son travail qu’en laboratoire. Elle n’avait pas le système nécessaire pour préserver toutes cette viande en dehors du congélateur. Elle jeta sa blouse dans l’évier et se débarrassa de ses vêtements pour aller prendre une douche. L’odeur de la chair morte n’était pas vraiment la nouvelle fragrance à la mode. Elle sortit de sa douche croyant s’être rafraîchie et pourtant elle avait déjà l’impression de transpirer. Elle détestait cette chaleur. Tout lui semblait moite et pourrissant sous le soleil.

Elle quitta l’appartement. Elle y étouffait. Elle parcouru la distance d’ombre qui s’éparait sa porte de sa voiture et s’y engouffra comme si le soleil aurait pu la désintégrer. La voiture ne démarra pas tout de suite, la clé sur le contact Ellana réfléchissait à un endroit frais et sombre.  La piscine c’était frais, mais il y aurait sûrement du monde et la bousculade ça n’était pas pour Ellana. Le cinéma lui semblait être une meilleure idée, même si elle devait se manger un vieux standard américain à plusieurs millions de dollars avec un scénario totalement illogique. Enfin bref au moins personne ne l’y embêterait.

Elle prit ses billets et s’assit au dernier rang, le plus proche de la porte de la salle en réalité. Elle attendit les pubs puis enfila ses lunettes. Elle sirota son Ice Tea tout en se demandant si ces lunettes lui allaient bien puis se concentra sur le film.  Elle remarqua une nette incohérence dans ce film. Un lion au milieu d’une scène de navigation. Alors Ellana ne savait pas si les lions avaient le pouvoir de marcher sur l’eau mais elle trouvait que c’était sacrément prétentieux d’imiter Jésus. Puis elle doutait sérieusement du fait que les félins aient cette capacité. Voilà ça l’ennuyait à la fin il gâchait la vue de plus. Ils n’étaient pas intelligents les réalisateurs. Elle souffla et retira ses lunettes, prête à quitter la salle lorsqu’elle remarqua que le lion se détachait étrangement de l’écran.  Il y a pourtant une loi aux Etats Unis qui interdisait aux gens d’amener leur lion au cinéma.

Soudainement une personne donna l’alerte et le temps de réaction fut un peu long avant que tout le monde de mette à hurler en s’écrasant contre la porte de sortie. Ellana n’était pas très rapide du haut de ses dix centimètres de talons, son tailleur l’empêchait de courir correctement la gênant dans ses mouvements. Elle se redressa étant bousculée, puis se tourna vers la salle. Des personnes ne bougeaient pas au premier rang. Elle redescendit les marches pour les secouer se fichant éperdument de ce qu’en penserait ce lion paresseux.  Elle en secoua un au bout de la rangée avant de sortir sa lampe du parfait petit médecin légiste. Ils avaient les yeux fermés. Le film était nul mais tout de même ! On ne pouvait pas s’endormir devant un fauve. Elle resta à distance de la bête, se cachant derrière la première rangée en réfléchissant à ce qu’elle pouvait bien faire. Elle n’allait pas les porter un à un jusqu’à la sortie …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Lun 7 Oct - 14:07

-Allo, Jaat? Tu es où?
... Déjà sur place? Tu te fous de moi?!...
Non, non non, je n'étais pas en retard, cela fait quinze minutes que je t'attends devant le café. Nous devions faire le chemin ensemble je te rappelle.
Bon, du coup, comment fait-on? Tu fais la queue là? Quoi? Non, tu es déjà dans la salle?
... Oui oui, bien sûr que je suis en chemin, j'arrive dans dix minutes. Tu as tout de même pu me garder une place j'espère...
...
Au premier rang...
Sincèrement Jaat, je me demande encore comment se fait-il que je me fasse avoir par tes idées extravagantes de sorties à chaque fois. Je te promets que celle-ci sera la dernière.
...
Oui, j'avais envie de le voir ce film, et oui, c'est mon seul jour de repos de la semaine, alors s'il te plaît, n'en rajoute pas. Quoi?!
... Le film commence? j'arrive je te dis, je me prends des popcorns et j'arrive, de toute manière, ce n'est pas son scénario que la critique a encensé.

Il m'a raccroché au nez, je ne rêve pas ! Bon, pressons. Pourvu que la file ne soit pas longue.

-Une place pour la séance en cours s'il vous plaît.
... Oui je sais qu'elle a débuté et je m'en contrefous si vous me permettez cette impolitesse. Je vais même me permettre de perdre quelques minutes supplémentaires pour prendre un pot de tac-tac, alors vous savez, le temps, pour moi ...
Merci.

Il n'y a pas à dire, j'aime ce hall. Ils font malgré tout du bon boulot dans le coin.

-Un pot de maïs soufflé s'il te plaît mon mignon, et rapidement. Trois kilos suffiront.
Merci.

Tiens, des cris? Ils passent des films d'horreurs à cette heure-ci?

C'est en s'approchant de sa destination que Zaskia compris que les quelques hurlements précédents en venaient. Des gens sortaient furibards de la salle. A moins qu'elle ne put en faire la différence avec une frayeur irréelle et maladive.
Elle s'amusa à songer que personne n'aurait prévu qu'un film de cet accabit contenait des scènes d'épouvantes. Elle-même ne s'y serait pas attendue. Pourtant cette touche d'humour s'effilocha rapidement, et c'est en entrant, à grand peine dans la grand-pièce qu'elle mesura avec désarroi que quelque chose clochait. Les spectateurs ne sortaient pas furieux, mais bel et bien affolés et elle avait dû jouer du coude pour se frayer un passage.
Elle dégaina son portable.

-Allo Jaat, répoooond.

Messagerie, c'est quoi ce bordel.

Hormis les premières rangées, la salle se vida étonnement vite. Ce qu'elle vit alors la laissa pantoise: Ce film était fichtrement mal filmé. Ah! Non, les lunettes 3D, voilà ce qui lui manquait, forcément.
A moins que ce ne fut cette forme féline complètement inappropriée à l'aspect général attendu.
Un réflexe, elle s'accroupît.

Un lion. Qu'est-ce qu'un putain de lion vient faire ici!?
Revenir en haut Aller en bas
Enoch Livingston
avatar
Humain
♦ age : 26

Feuille de personnage
Objets Possédés:
Points de Vie: +10
Points de Force: +0

Sam 12 Oct - 21:22

It means no worries for the rest of your days
It's our problem-free philosophy ♫

Le film continuait toujours, avec ses personnages hauts en couleur, bourrés de répliques faussement bien pensées et catapultés dans des péripéties abracadabrantes, sans faire attention à ce qui pouvait se passer à ce moment dans l'esprit des spectateurs. Il n'y avait pourtant pas grand-chose dans celui d'Enoch, à part une montagne de points d'interrogation traitant du pourquoi du comment un fauve s'était retrouvé dans une salle close de cinéma. Comment avait-il pu passer toutes les barrières et portes de sécurité sans se faire repérer -il faudrait qu'il donne sa technique pour éviter les files d'attente-, comment personne n'avait pu le remarquer avant et surtout, pourquoi n'exprimait-il aucune hostilité à l'égard des humains ? Pour être une digne émulation du roi des animaux, celle-ci était plutôt flemmarde, pour le coup. Ce qui était sans doute à prendre comme une chance de survie. Décidé à ne pas moisir derrière sa rangée de sièges, le garçon commença à se déplacer accroupi vers les escaliers, pour ne pas se faire prendre en chasse par mégarde. Plus tôt il aurait quitté la pièce et plus tôt il pourrait tirer un trait sur les sorties ciné du mercredi après-midi. Il tourna la tête à droite, à gauche, puis émergea le plus discrètement possible ; tant pis pour cette dame avec sa lampe-torche qui essayait de parler aux personnes du premier rang. Si elle avait l'intention de servir de casse-croûte, c'était son problème. Il n'allait pas s'en mêler. Non, il n'allait pas...

« Ne restez pas là », lui cria-t-il en murmurant. De là où elle se trouvait, elle ne l'entendrait peut-être pas, mais c'était surtout juste histoire que sa conscience arrête de l'énerver et l'autorise à s'enfuir sans scrupules. On n'y voyait presque rien dans cette salle ; heureusement que le film envoyait un minimum d'éclairage et que les loupiotes sur les marches donnaient un aperçu de la pente à gravir, sans quoi le fantôme se serait perdu dans l'obscurité. Il remonta en direction de la porte, marcha dans une flaque de soda, jura en silence, et enfin s'approcha de l'exit avec un soulagement perceptible. Sauf qu'il ne put l'atteindre intact. À la seconde où il fit un pas de plus, ses jambes rencontrèrent une masse solide mais molle qui le fit trébucher et finir à moitié par terre. Prière qu'il ne s'agisse pas de son lionceau... Une grimace et un aïe plus tard, il constata que ce n'était pas le cas mais en oublia de se répandre en excuses ; la situation lui faisait pratiquement oublier toute politesse -mauvais prétexte qu'il aurait le temps de se reprocher bien après. « Vous venez de rentrer ? » demanda-t-il à l'obstacle à côté de lui, obstacle chevelu, habillé, enveloppé d'un parfum de pop-corn chaud, trop réactif pour être endormi et trop vivant pour n'être qu'un fauteuil. « Vous n'auriez pas apporté des fléchettes soporifiques, à tout hasard ? » Trait d'humour pas si inutile que ça. Il voyait mal comment s'occuper d'un lion, aussi amorphe soit-il, sans quelques précautions de ce type. Il se demanda si quelqu'un parmi la foule échappée avait eu l'extrême bonté de prévenir le parc zoologique du road trip d'un de ses pensionnaires. Parce que si ce n'était pas le cas, ils allaient devoir faire quelque chose eux-mêmes.
signature


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Jeu 17 Oct - 12:51

Voilà qu'il s'en allait vers la sortie. Elle qui croyait qu'il y avait au moins une personne courageuse dans la salle. Elle le suivit des yeux en soupirant. Que lui restait il à faire ? Elle suivit son exemple et grimpa aussi vite que possible le jeune homme. Autant dire à la vitesse d'une fille habillée comme une vraie fille … Lentement. Lorsqu'elle fuyait elle ne pouvait s'empêcher de regarder derrière elle. Ce qui lui valu de se cogner contre son camarade de désertion. Ah elle interrompait une rencontre peut être même un plan drague. « Vraiment désolé ... » Elle les poussa vers la porte et se plaqua contre celle ci. Un lion ne savait pas ouvrir les portes en théorie. En théorie ! Depuis que cette météorite était tombée tout semblait détraqué. Elle pris un élastique à son poignet et s'attacha les cheveux comme si cela allait l'aider à réfléchir. Son portable en main elle composa le numéro du zoo. Aucunes réponses pour le moment. Elle n'allait pas appeler la fourrière …

Se tournant vers les deux autres elle prit la parole. « Un plan peut être ? Contactons les autorités et bloquons toutes les issues, ça leur facilitera le travail. » Elle lança son portable à la fille en espérant qu'elle l'attrape puis les observa un court moment. Ils n'avaient pas l'air très dégourdi. Elle commença à se diriger vers les différentes portes menant à la salle et vérifia qu'elles étaient bien fermées. Elle fit signe au jeune homme de l'aider à déplacer un meuble contre la porte. Avant de regarder la jeune fille d'un air interrogateur. Qu'est ce que ça donnait au niveau de la police ?
Revenir en haut Aller en bas
Malus
avatar
PNJ

Ven 18 Oct - 19:15

Le fauve commence à se relever, traine la patte et, se placant devant la seconde rangée, se permet un rugissement digne des métro-goldwyn-mayer, ce qui pourrait presque faire revenir au film... Mais il n'en ai rien ! Une petite fille en larmes laissée en arrière par des parents indigne reste statufiée non loin de l'animal qui ne semble pour l'instant pas s'en préoccuper.
Revenir en haut Aller en bas
Malus
avatar
PNJ

Lun 16 Déc - 2:06

Bon ! Il est grand temps de terminer cette péripéthie, mais avant on va donner la solution pour chacun quand à comment il fallait maitriser l'animal ^^

Ce cher lion bailleur ! Il fallait le nourrir de caramel, ce qui aurait collé sa machoire et l'aurai empêcher de nuire ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[PÉRIPÉTIE N°1 - GROUPE N°7 : ELLANA SASKIA ENOCH] # Cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c h r o n i c l e s :: Un jour, ailleurs... :: Dans le passé :: Rps d'évènements-