Warren C. Grayson 2.1 [fini o/]

Warren C. Grayson
Evolve Connu
♦ age : 24

Feuille de personnage
Objets Possédés:
Points de Vie: +10
Points de Force: +0

Sam 26 Avr - 15:59

crédit avatar • warren c. grayson ft. len kagamine from: vocaloid


profil

nom : Grayson
prénom(s) : Warren Callum
âge ; date de naissance : (2)22 ans - 29 janvier 1991
sexe : Né dans un chou-fleur
nationalité ; origines : Américain
statut civil : Célibataire
métier : Coursier
groupe : Evolves


background

CARACTÈRE Placide. Aimable. Gentil, serviable. Un caractère calme, toujours extrêmement pragmatique pour exécuter ses tâches quotidiennes et rendre service à son prochain. Warren est de ces gens posés qui savent prendre les choses avec optimisme et réagir à une situation donnée avec la solution la plus opportune. Il fait ce qu’on lui dit, en fait même un peu plus pour laisser un bon souvenir et les gens redevables sans jamais rien vraiment demander en retour. Le genre de camarade de classe débrouille-tout, prêt à aider pour les devoirs comme à faire un coup en douce et assurer les arrières. Le gentil fils responsable qui s’occupe et veille sur sa petite protégée de sœur pendant que ses parents font vivre le commerce –quand il ne les aide pas. Le même qui pense parfois passer à côté de sa vie, sans vraiment savoir pourquoi. Oh, bien sûr, des fois on le pousse à bout et les éclats de colère sont terribles, assez rares mais enragés et difficile à maîtriser jusqu'à ce qu'il arrive à se calmer seul à force de patience. C’est bien pour ça qu’on le respecte au lieu de le malmener.

Au fond, tout au fond, la petite parcelle de rage pulse, à l’extérieur elle semble de l’entêtement et de la pugnacité. Il sait se faire oublier, mais lui n’oublie rien, sourit et garde tout à l’intérieur, enfoui, pour le réutiliser plus tard ; il n’a pas un mauvais fond, juste l’envie de faire quelque chose de grand, quelque chose de périlleux, sortir des clous et vivre sa vie. Etouffer l’envie impétueuse de passer du mauvais côté. Corrompre la rage tumultueuse par un sourire et ravaler la peur de finir sans avoir rien fait. Mais c’est un bon garçon, le fils Grayson, on vous l’a déjà dit.

Sa famille est tout ce qu'il possède et ils sont comme un moteur pour lui, il leur est très attaché et passer plusieurs jours sans les voir ou au moins leur parler lui est assez pénible. Il semble et est très indépendant et mature mais a besoin de ce lien fort pour rester digne et droit. La mort d'un proche lui a fait perdre un semblant de naïveté restant et surtout comprendre l'importance de s'occuper avec soin de ceux qu'il aime et de les chérir; il est plus apte à les défendre ou même à prendre partie pour ceux qu'on l'on oppresse à cause de ça. Son seul défaut est la curiosité et cette tendance à déborder pour devenir incohérent et impulsif quand on le pousse dans ses derniers retranchements.

-> Le passage dans les geôles du laboratoire fait ressortir ce côté hargneux et tenace qui le fait tenir longtemps avant de se voir brisé, nécessitant un certain nombre de fois de le retenir pour essayer de l’avoir. Tout ça lui ne lui laisse qu’une rage sourde et froide envers les monstres et l’inextricable envie de vengeance, accompagné du désespoir d’avoir tout perdu.

point de vue vis-à-vis des evolves : Compagnons d'infortune aussi maudits que lui.
point de vue vis-à-vis des erasers : Eradiquer si possibilité. Les chiens à la botte de l'armée qui l'ont enfermé ne sont pas dans son coeur en bons termes.
point de vue vis-à-vis des scientifiques : Ennemi héréditaire à faire souffrir le plus longtemps possible. Après son passage en laboratoire, la vengeance est la seule solution envisageable.



PHYSIQUE
taille : 168 cm
poids et corpulence : 53kg - Amaigri
couleur de peau :
couleur des yeux : Bleus, oeil droit mangé de vert suite à un accident de jeunesse
couleur des cheveux : Blond
style vestimentaire : Adepte du sweat, décontracté
signes particuliers : Tatouage de phénix sur épaule/bras gauche, cicatrice de brûlure importante sur épaule/bras droit, multiples autres cicatrices


HISTOIRE Warren est né dans une famille simple. Heureuse. C’est peu de chose mais pourtant si grand et si merveilleux pour ceux qui n’ont rien, ce qui sont seuls, ceux qui espèrent. Car c’était le cas de ses parents : agrandir leur famille, concrétiser le fruit de leur amour et donner un sens à cette nouvelle existence à deux. Arya et Carey s’étaient connus comme ces gens dans les films romantiques, il devait sûrement pleuvoir et ils voulaient d’une vie sans encombre et deux ou trois enfants pour compléter le tableau et ne pas trop déranger l’humanité. La Nature n’avait pas voulu. A trop forcer les choses, on se les voit refuser, et c’est en désespoir de cause qu’elles se produisent : un 29 janvier d’Alaska glacial et une couche de neige plus haute que les hommes en ont déjà vu ont précédé le seul enfant du couple Grayson. Blond comme ses parents, des grands yeux bleus très curieux et très vite un calme serein et de grands sourires pour régaler tous leurs efforts.

Avant de suivre l’un ou l’autre des parents comme un poussin dès qu’il sut marcher, escorter l’un sur son tricycle quand le gel daigna garder pour lui son manteau verglacé ou s’amuser patiemment sous la table et supporter le bruit incessant d’une machine à compter. Ces gens étaient patients, leur fils l’est encore plus, ils babillaient pour le faire rire, il leur rendait assez de dessins pour recouvrir toute la maison et ils sont biens. Onze années sans un nuage, à voir défiler les hivers, grandir un enfant, tenter de monter un commerce, déménager pour aller chercher un peu plus de soleil dans les terres du Maine –traumatisant pour le petit, seule et unique déplacement long-, onze automnes comme un prélude à l’éternité : celui qui frappe sans prévenir et fauche une vie et des espérances. Un costume noir sur un enfant était la chose la plus déprimante qui fut, le voir consoler sa mère pâle comme un fantôme et éplorée sur la tombe de son mari encore plus. L’innocence avait quitté un foyer radieux, le seul petit homme restant de la famille refermait la porte sur la naïveté.

Warren leur avait dit deux ans plus tard, quand la déprime avait enfin pris le même chemin –Arya avait enfin repris goût à la vie, aidé par son fils et le plus solide des liens qu’ils avaient noués. Aidé par le nouvel homme de sa vie qui entra dans le foyer et rapporta le soleil pour ranimer ses occupants : John. Un beau-père aussi compétent que le premier, aussi solide et tendre qu’un époux précédent parti trop vite. Avec lui, une petite princesse avait mis une touche finale sur un renouveau ; l’aîné avait treize ans et assez d’affection à partager pour aimer et chérir quelqu’un de plus jeune, la protéger de tout et l’amuser de rien. Laisser les nouveaux mariés profiter d’une lune de miel permanente, ouvrir une épicerie de quartier bientôt prospère, réussir dans ses études et bâtir une vie de reine pour sa petite sœur : tel était son devoir, jamais il n’en dérogea en 8 ans consécutifs. Il avait tout pour bien démarrer dans la vie : une scolarité réussie, une vocation tardive mais des petits boulots pour dépanner, une place dans une communauté soudée.


Quand est-ce que tout était allé de travers ?

La météorite –il avait cru à une insolation, la chute de vélo avait été brutale mais il y avait une telle canicule ce jour là-, les incidents qui avaient émaillé la paisible vie de Madison  peut-être ? L’accident. Le carambolage monstrueux où sa vie avait basculé. Les cris, le sang, la tôle froissée dans une apocalypse, tout ce sang, les explosions et le feu. Celui qui avait embrasé ces voitures, celui qui avait dévoré sa chair jusqu’à l’os quand il avait aidé ces gens à sortir de la carcasse compressée. Celui qu’il avait retourné contre celle qui voulait l’arrêter et lui avait laissé une balle dans la jambe. Celui qui brûlait, au fond de lui, qui ne l’effrayait plus et qui habitait sa conscience pendant les mois de convalescence. La psychologue n’en avait jamais entendu parler dans ces termes, témoignant d’une bonne rémission malgré la blessure et les cicatrices vilaines, jusqu’à ce qu’il reprenne les livraisons et le cours de sa vie entre ses vieux amants de parents et sa petite princesse au train de vie royal.

Quand est-ce que tout avait empiré ?

La manifestation. L’arrestation. La fin de la vie de rêve, le retour de la colère sourde qui enflait sans jamais refluer chaque jour.

C’est bien ce qu’il se demandait depuis le fond de sa cellule, quand il avait assez de lucidité pour aligner deux pensées cohérentes sur sa triste condition.


POUVOIR
type d'evolve : connu [x] – illégal [] – dormant []
pouvoir : Pyrurgie
effet(s) du pouvoir : Génération et manipulation du feu
effet(s) secondaire(s) : Aucune protection thermique, consommation de son propre oxygène pour créer du feu, consommation d'énergie pour manipuler, dégénération facile et incontrôlable si en colère


where it's nine in the afternoon


pseudo : Jinx
âge : 22
comment t'as atterri ici ? panne de licorne sur la ceinture stellaire
critiques/remarques/déclaration d'amour/suggestions/cookies : hail hydra

Revenir en haut Aller en bas
http://thetasteoflight.tumblr.com
Invité

Dim 27 Avr - 12:37

Je te re-valide sans problème. Bon retour parmi nous adorable Warren !

Edit : Il te manque juste la couleur de peau et ça sera parfait ♥
Revenir en haut Aller en bas
 

Warren C. Grayson 2.1 [fini o/]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
c h r o n i c l e s :: Poste de Contrôle :: Registre :: Admis-